La Cour suprême du Canada.

Un emplacement qui ne fait pas l'unanimité pour un monument

Un important regroupement d'architectes demande au gouvernement fédéral de réviser l'emplacement où sera construit Monument national aux victimes du communisme.
L'Institut royal d'architecture du Canada (IRAC) estime que l'oeuvre ne devrait pas être placé aussi près de la Cour suprême.
« L'emplacement proposé, à proximité de la Cour suprême du Canada, représente les valeurs démocratiques du Canada et son respect de la justice. Nous croyons que ce terrain devrait être réservé à un bâtiment dont la finalité, la qualité et la dignité sont à la hauteur de ce contexte, croit le IRAC. Tout ajout à ce site national d'une aussi grande importance devrait refléter l'impartialité et les aspirations apolitiques du système de justice du Canada. »
L'IRAC, à l'instar de la Commission de la capitale nationale (CCN), propose que le monument soit plutôt construit dans le Jardin des provinces et des territoires, situé à quelque 300 mètres de l'emplacement choisi.
Le monument vise à sensibiliser les Canadiens aux horreurs vécues sous le régime communiste et rendra hommage aux plus de 100 millions de personnes qui en ont été victimes.