Carey Price (à gauche) affrontera son futur coéquipier au sein de l'équipe olympique canadienne, Roberto Luongo, jeudi soir au Centre Bell.

Un duel entre Price et Luongo avant Sotchi

À l'approche de la pause olympique, une certaine effervescence régnait autour de Carey Price hier à l'aube de sa confrontation contre son futur coéquipier au sein de l'équipe olympique canadienne, Roberto Luongo, et les Canucks de Vancouver.
Price, qui a enregistré son 23e jeu blanc en carrière mardi soir contre les Flames de Calgary, a profité de la tribune qui lui était accordée pour vanter les qualités du Québécois sans toutefois dire qu'il s'agira d'un duel entre Luongo et lui ce soir.
«C'est toujours amusant de jouer contre les Canucks, parce que j'étais un de leurs partisans quand j'étais petit, a commenté Price. Mais nos deux équipes veulent engranger des points pour se placer en bonne position dans la course aux séries éliminatoires. Il y a des impondérables dans ce match. Nous avons chacun nos objectifs à atteindre, et pour nous c'est d'obtenir la victoire demain (ce soir).»
Des propos qui ont trouvé écho dans ceux de l'entraîneur-chef Michel Therrien, qui considère que Price ne tentera pas de trop en faire pour impressionner la galerie à l'occasion du dernier match de la Sainte-Flanelle au Centre Bell avant la pause olympique.
«Je ne le vois pas comme ça, a-t-il confié. Ce sont deux gardiens élites de la LNH. À partir de la semaine prochaine, ils vont être coéquipiers et ils vont tout faire en leur pouvoir pour ramener une médaille d'or au Canada. Mais demain (ce soir), ce sont les Canucks. Deux équipes impliquées dans une course aux séries et c'est comme ça qu'on le voit. Je ne vois pas ça comme une confrontation pour savoir qui sera le gardien no1 du Canada, absolument pas.»
La formation de l'entraîneur-chef John Tortorella traverse présentement une séquence difficile de cinq défaites. Il s'agira du retour à Montréal du défenseur suisse Raphaël Diaz, qui a été échangé aux Canucks lundi en retour de l'attaquant Dale Weise. Diaz a marqué un but à son premier match avec la formation britanno-colombienne, mardi soir, contre les Bruins à Boston.
Le Canadien, qui occupe désormais le quatrième rang dans l'Association Est, a effectué quelques répétitions mercredi au complexe sportif Bell de Brossard pour peaufiner son jeu de transition et l'attaque. Il y a notamment eu quelques descentes à deux-contre-un et trois contre le gardien.
«Nous aimerions marquer plus de buts, a admis Ryan White, qui a disputé mardi un premier match après s'être absenté des 14 derniers en raison d'une blessure à une épaule. Les entraîneurs tentent simplement d'entretenir notre confiance en attaque, pour qu'on mette la rondelle dans le filet chaque fois qu'on en a l'occasion.»
La communication, la clé
Le Tricolore n'a marqué que quatre buts à ses trois derniers matches - dont un dans un filet désert mardi -, mais c'est surtout les revirements en zone défensive qui auraient pu lui coûter très cher depuis quelques matches. La communication pourrait être à l'origine de ces pépins entre Price et ses défenseurs, de l'avis de Josh Gorges.
«C'est difficile. On ne devrait pas s'attendre à ce que (Price) sorte la rondelle du territoire pour nous, a mentionné Gorges, auteur de deux revirements contre les Flames. C'est notre responsabilité de revenir près de lui, de communiquer avec lui et de lui laisser savoir quelles sont ses options. C'est donc un travail d'équipe.»
La défensive ne semble toutefois pas trop préoccuper Therrien, qui a souligné que son club n'avait alloué que cinq buts à l'adversaire au cours des cinq derniers matches.