Un couple ligoté dans sa résidence

Un couple sexagénaire a été fait prisonnier de sa propre résidence hier soir par deux malfaiteurs.
En début de soirée, un individu a cogné au 14, rue Cartier, près du pont Alonzo dans le secteur Gatineau. Lorsque les résidents des lieux ont répondu à la porte, l'homme a demandé s'il pouvait utiliser leur téléphone résidentiel.
Selon le Service de police de la Ville de Gatineau, le couple a accepté de le laisser entrer. C'est alors qu'un second individu qui n'avait pas été aperçu jusque là s'est introduit dans la maison avec son complice. 
Une altercation a éclaté. Le propriétaire de la résidence a tenté d'expulser les deux hommes, mais ils l'ont rapidement maîtrisé et ligoté à l'aide d'attaches autobloquantes (tyrap). Les suspects ont ensuite lié les mains de sa femme dans une autre pièce.
Après le départ de ces visiteurs impromptus, la femme a réussi à se défaire de son emprise et s'est rendue à la maison voisine du 12, rue Cartier pour alerter les autorités. Dès leur arrivée, les policiers se sont dirigés dans la résidence des victimes pour venir en aide au sexagénaire toujours ligoté à l'intérieur.
L'homme avait une lacération dans le dos, résultat de son altercation avec les deux hommes. La femme a quant à elle subi un choc nerveux. Ils ont été transportés à l'hôpital de Gatineau pour être examinés par des médecins. Ils ont tous les deux obtenu leur congé d'hôpital.
Une enquête est ouverte
Les policiers n'ont pu mettre le grappin sur les suspects puisqu'ils ont quitté la scène avant leur arrivée. 
Un important périmètre de sécurité a été érigé devant le 14, rue Cartier hier soir afin de protéger les indices potentiels. Le SPVG recueille actuellement de l'information auprès des victimes et des voisins qui pourraient avoir été témoins de l'invasion à domicile.
Les premières informations des forces de l'ordre indiquent que les suspects sont de race blanche, âgés d'environ 30 ans. Ils parlent tous les deux français. L'un d'entre eux mesure 6' avec une assez forte corpulence, le second mesure 5' et 8". Ils portaient des vêtements foncés au moment du crime.
L'enquête a été confiée à la section des crimes majeurs avec l'aide de la section de l'identité judiciaire. Selon le SPVG, le vol serait le motif du crime.