Amanda Trottier et Travis Votour.

Un couple dans la vingtaine abattu à Gatineau

Un couple dans la vingtaine a selon toute vraisemblance été assassiné dans son logement de Gatineau, dans ce qui semble être une histoire reliée au milieu criminel. Dans cette horrible scène, une fillette de trois ans a été retrouvée vivante, assise sur le lit de sa mère.
<p>Deux corps sans vie ont été retrouvés au 158, rue de la Terrasse-Eardley, lundi.</p>
Ce qui semble être les deux premiers homicides de 2014 en Outaouais ont ébranlé le voisinage des Terrasses Eardley, dans le secteur Aylmer, lundi.
Des proches du couple, qui se tenaient devant la funeste résidence, lundi après-midi, ont identifié Amanda Trottier et Travis Votour. Des voisins ont affirmé que les deux avaient aménagé au 158, rue de la Terrasse-Eardley, en août dernier.
La découverte a été faite par le père de la jeune femme vers 12 h 50. Ce dernier se rendait chez sa fille pour l'inviter à dîner.
En ouvrant la porte, il aurait vu sa fille dans une mare de sang. Puis, dans le salon, le conjoint de celle-ci, face au sol, lui aussi ensanglanté. Sa petite-fille de trois ans était assise sur le lit conjugal, apparemment indemne. On ignore si elle a été témoin de quoi que ce soit. Les décès pourraient remonter à la veille ou à la nuit précédente.
En fin de journée lundi, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) n'avait toujours pas confirmé ces informations et parlait toujours de « morts suspectes ».
Lié au monde interlope ?
Un collègue du père de la femme décédée, Daniel Dorris, est convaincu que cette affaire est reliée au monde de la drogue. « Un gars leur a rendu une visite le mois passé. Des menaces ont été faites, des gens les cherchaient », a-t-il dit.
Travis Votour, selon M. Dorris, ne vendait pas de drogue dans ce logement. « Mais il était pesant là-dedans. C'est une affaire de drogue. Il faut que ce soit cela. »
D'autres connaissances qui se sont rendues sur le terrain ont évoqué le passé trouble du couple, affirmant qu'ils avaient déjà commis des vols.
Un rouleau d'essuie-tout gorgé de sang aurait été trouvé sur la scène. « Comme si quelqu'un avait voulu éponger des blessures », croit M. Dorris, encore sous le choc.
Mme Trottier est originaire du secteur Aylmer ; M. Votour, de Maniwaki. Les deux se fréquentaient depuis 2011.
L'ex-conjoint d'Amanda Trottier est allé récupérer sa fillette de trois ans, issue de leur ancienne union, sur les lieux.
Le SPVG a confirmé qu'une enquête avait été ouverte à la suite des deux décès, ajoutant « qu'il était trop tôt pour tirer des conclusions ou écarter des hypothèses » ou confirmer l'identité des victimes. « On doit rencontrer les familles et chercher des témoins. Certains proches pourraient ne pas être encore au courant », a expliqué lundi l'agent Pierre Lanthier.
La police est demeurée muette sur les causes de ces deux morts suspectes. Toutefois, des sources étaient sans équivoque, lundi, indiquant qu'il s'agissait d'un double homicide. En soirée, la police disait n'avoir interpellé ni suspect ni personne d'intérêt.
Le SPVG demande à quiconque peut fournir des informations sur cette affaire de composer le 819-243-2346 poste 6677.
Avec Jonathan Blouin