La Chine a installé le plus de capacités renouvelables en 2013, en partie parce qu'il est le plus important fabricant au monde d'équipements solaires et éoliens.

Un conseiller de Russell s'oppose aux panneaux solaires

Un conseiller de la municipalité de Russell, dans l'Est ontarien, part en croisade contre l'énergie verte.
Pierre Leroux a déposé une motion pour que la ville cesse d'appuyer la construction de panneaux solaires et d'éoliennes sur son territoire.
«Je ne vois aucun bénéfice pour la ville d'encourager ce genre de projets. Personnellement, je n'ai jamais été pour cela à Russell», a déclaré le conseiller Pierre Leroux.
Ce dernier est d'avis que c'est le tournant vert amorcé sous le gouvernement libéral de Dalton McGuinty qui est à l'origine des hausses de coûts de l'électricité annoncées par Hydro One. D'ici les prochains cinq ans, des augmentations des tarifs de l'ordre de plus de 40% sont prévues.
«À la municipalité, les frais d'électricité augmentent sans cesse. À cause de ces projets-là (projets verts) notre facture va encore bondir dans les prochaines années. Oui, c'est payant pour la personne ou l'entreprise qui exploite un système solaire et qui revend son énergie à profit, mais c'est l'ensemble des contribuables qui vont devoir payer et il va falloir forcément augmenter les taxes», dit-il.
En pratique, ce n'est pas les municipalités qui ont le pouvoir d'approuver un projet de construction de panneaux solaires et d'éoliennes. La décision finale revient à la province de l'Ontario. Mais lorsqu'un projet soumis est appuyé par le gouvernement municipal, plus grandes sont les chances qu'il obtienne l'aval de Queen's Park.
Le conseiller Leroux dépose sa motion alors que la municipalité vient tout juste d'imposer des frais de 100$ de base pour chaque demande de support de résidents formulée à la municipalité. À cela s'ajoutent les frais reliés à installations et l'exploitation.
«C'est bien beau les projets verts, mais va-t-on mettre la province en faillite pour ça? Financièrement, c'est impossible», résume le conseiller Leroux.
La question sera débattue à la réunion régulière de mardi.
Depuis quelques années, les projets de panneaux solaires gagnent en popularité dans l'Est ontarien. L'abondance de vastes terres et la présence de plusieurs bâtiments industriels, commerciaux et communautaires dotés d'une grande surface de toit favorisent l'exploitation de système de production d'énergie verte.