Un commissaire scolaire contre le cours d'éthique et de culture religieuse

L'imposition du nouveau cours d'éthique et de culture religieuse cet automne a suscité un certain mécontentement chez des parents qui ont tenté, sans succès, d'obtenir une exemption de la part de leur commission scolaire. Un commissaire d'école de Gatineau a même choisi de retirer sa fille de troisième année pour toute la durée du cours parce qu'il juge que cette façon de faire empiète sur ses droits.
Michel Choquette, commissaire à la Commission scolaire des Draveurs (CSD) et sa conjointe, Céline Rochon, refusent catégoriquement que leur enfant suive le cours imposé, disent-ils, par Jean Charest, premier ministre du Québec et Michelle Courchesne, ministre de l'Éducation. Selon le père, ce geste vise à contrer l'érosion des droits des parents. La mère estime pour sa part qu'elle agit de la sorte pour mieux affirmer ses convictions religieuses.
Lors des cours, la mère se rend à l'école pour y retirer sa fille avant d'aller la reconduire à la maison. La fillette retourne ensuite en classe pour le reste de la journée.
La CSD n'a pas commenté publiquement la décision de son commissaire. Elle rappelle qu'à Drummondville, des parents contestent la constitutionnalité du contenu du cours. L'affaire est toujours devant les tribunaux. À Granby, la commission Val-des-Cerfs a suspendu des étudiants qui ne se sont pas présentés aux cours d'éthique.