La première ministre de l'Écosse, Nicola Sturgeon

Un autre référendum écossais dans les cartons, après le Brexit

La première ministre de l'Écosse a annoncé lundi son intention de demander l'autorisation d'organiser un référendum sur l'indépendance.
Nicola Sturgeon a déclaré qu'elle agira rapidement pour donner aux Écossais la chance de se doter de leur propre pays. Elle estime que le référendum devrait avoir lieu entre l'automne de 2018 et le printemps de 2019, quand on connaîtra un peu mieux les détails du divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, ce qui permettra aux électeurs écossais de prendre une «décision éclairée».
Un référendum juridiquement contraignant nécessite toutefois l'accord de Londres.
Elle a ajouté que la première ministre britannique Theresa May a refusé jusqu'à présent tout compromis concernant le Brexit. Mme Sturgeon affirme que toutes ses propositions de bonne foi se sont heurtées à un «mur de briques d'intransigeance».
Mme Sturgeon a dit qu'il est important pour l'Écosse d'être proactive pour protéger ses intérêts, au moment où le Royaume-Uni s'apprête à claquer la porte de l'Union européenne.
Les électeurs écossais ont rejeté l'indépendance lors d'un référendum en 2014, mais Mme Sturgeon estime que la décision du Royaume-Uni de sortir de l'UE entraîne des «changements importants».
Si le Royaume-Uni a voté à 52 pour cent en faveur d'un départ, 62 pour cent des électeurs écossais ont plutôt voté en faveur d'un maintien au sein de l'UE.
Mme Sturgeon espérait que l'Écosse puisse continuer à faire partie de l'union douanière et du marché commun de l'UE, mais elle est maintenant convaincue que la stratégie de Mme May ne fera qu'isoler le Royaume-Uni.