Craig et Nicholle Anderson lors de la soirée de remise des trophées de la LNH, mercredi, à Las Vegas. Le gardien des Sénateurs a quitté l'équipe à quelques reprises cette saison pour être au chevet de sa femme qui a combattu une forme rare de cancer de la gorge. Elle est en rémission depuis quelques semaines à peine.

Un autre moment spécial pour les Anderson

Craig et Nicholle Anderson ont partagé un moment spécial mercredi soir - un autre - quand le gardien des Sénateurs d'Ottawa a été nommé lauréat du trophée Bill-Masterton en tant que joueur ayant affiché les plus belles qualités de persévérance et d'esprit d'équipe.
«Par où commencer», a lancé un Anderson émotif quand il est monté sur l'estrade du T-Mobile Arena pour accepter le trophée dans le cadre de la soirée de remise des trophées de la LNH, ayant peur d'oublier quelqu'un dans son boniment où il a remercié l'organisation, ses coéquipiers, la communauté du hockey et les membres de leurs deux familles.
«Il y a tant de gens à remercier... Mes coéquipiers ont été énormes à travers tout ça, je vous aime énormément. Mon épouse Nicholle, je t'aime tellement. Notre famille a été tellement puissante à travers tout ça. Sans eux et la force de Nicholle... C'est elle qui voulait que je revienne au jeu, grâce à tous les appuis que nous avons obtenus. Nos amis, nos familles, mon agent, j'espère n'avoir oublié personne. Restez dans le moment, vivez pour le présent», a-t-il lancé pendant que sa conjointe, en rémission de son cancer depuis quelques semaines à peine, essuyait quelques larmes.
«Elle est la meilleure. Elle a refusé de m'accompagner sur l'estrade parce qu'elle n'aime pas les feux des projecteurs. Elle s'est retrouvée sous ceux-ci bien malgré elle et maintenant, elle essaie d'en profiter pour faire du bien», a-t-il dit plus tard dans la salle d'entrevues.
Sa conjointe, qui lui avait annoncé sa rémission d'une forme rare de cancer de la gorge, était évidemment très heureuse de pouvoir l'appuyer à nouveau, comme son mari l'avait fait en prenant deux mois de congé pour être à son chevet au milieu de la saison, en novembre et décembre.
«C'est très spécial pour moi d'être ici, de pouvoir l'appuyer et être là pour lui maintenant», a-t-elle confié en arrivant à l'aréna. «Quand je traversais des moments difficiles, je l'appelais et il me disait de ne pas lâcher, que la ligne d'arrivée était toute proche. Chaque match qu'il jouait nous rapprochait de cette ligne d'arrivée.»
Esprit d'équipe
Nicholle Anderson a raconté qu'elle avait dit à son mari que son club atteindrait au moins la troisième ronde des séries avant que celles-ci commencent. Sa confiance en faisant cette prédiction provenait de l'esprit d'équipe que les Sénateurs avaient forgé en se rassemblant pour faire face à leurs différentes épreuves, dont son cancer et la commotion cérébrale de Clarke MacArthur en début de campagne.
Le moment fort de la saison est survenu à la fin octobre, quand les Sénateurs ont annoncé qu'Anderson était parti au chevet de Nicholle une fois que le diagnostic est tombé. Il était cependant revenu en catastrophe quand son adjoint Andrew Hammond s'est blessé lors d'un match à Calgary. Il était revenu pour blanchir les Oilers d'Edmonton 2-0, le 30 octobre.
«Quand on a vu qu'Andrew s'était blessé et que je lui ai dit que son club avait besoin de lui, nous étions en état de choc. On se disait que c'était faisable, qu'il serait capable de gérer les émotions. Après ce match, j'avais le coeur très serré, ça m'a touché énormément de le voir faire ça», a relaté Nicholle.
4e trophée Frank-Selke pour Patrice Bergeron
L'attaquant des Bruins de Boston a été élu meilleur attaquant défensif de la LNH. Le natif de Sillery devient le seul joueur avec Bob Gainey (Canadien) a remporté ce titre quatre fois. Le capitaine des Bruins avait été couronné en 2012, 2014 et 2015. L'attaquant de 31 ans était en nomination pour une sixième année consécutive, la plus longue séquence de l'histoire de ce trophée, à égalité avec Pavel Datsyuk. La Presse canadienne