Le prêtre Joseph LeClair, accompagné de son avocat Matt Webber.

Un an de prison pour «Father Joe»

Le prêtre de l'archidiocèse d'Ottawa coupable d'avoir fraudé son église pour 130 000$ entre 2006 et 2010, afin d'aller miser au Casino du Lac-Leamy, est condamné à un an de prison.
Joseph LeClair,  l'ancien curé de la paroisse Blessed Sacrament d'Ottawa, a reçu sa sentence, mercredi matin, au palais de justice d'Ottawa. Entre janvier 2006 et mars 2011, il a détourné 130 000 $ à la paroisse. Durant cette même période, M. LeClair a déposé 1,16 million de dollars dans son compte bancaire personnel, dont 769 000 $ obtenus légalement.
Arrivé en homme libre, il est reparti du palais de justice en prisonnier. Une année de probation d'ajoute à sa sentence.
La salle de cour était bondée de paroissiens, de proches et de journalistes, mercredi matin.
Une paroissienne, Joanne Licari, croit que la peine d'emprisonnement est trop sévère. «Je crois que des travaux communautaires auraient été plus utiles à la communauté."
Une autre paroissienne, Helen Benneste, n'est pas surprise de la décision du juge Jack Nadelle. «Un crime a été commis. La justice devait être servie. Je suis désolée pour lui, je prie pour lui tous les jours. Mais il va s'en sortir.»
L'archidiocèse d'Ottawa a dit ne pas vouloir commenter la sentence imposée au père LeClair.
Me Matthew Webber croit que son client est un bon candidat à une libération conditionnelle avant le terme de sa sentence d'emprisonnement, «peut-être d'ici six mois».
Longue décadence
L'étoile montante de l'Église catholique à Ottawa a entamé une véritable descente aux enfers à partir de 2008, lorsque son problème de jeu s'est manifesté. En janvier dernier, lors des représentations sur sa sentence, il avait témoigné avec beaucoup d'émotions sur le grand drame de sa vie.
L'alcool et le jeu sont entrés dans ses habitudes, d'abord comme prétexte pour décrocher de la routine, puis, petit à petit, pour combler une dépendance maladive, buvant de «6 à 8 scotchs par jour», et misant des milliers de dollars en une soirée.
C'est ainsi qu'il en est venu à parier sur des jeux de hasard avec l'argent de ses paroissiens. Je ne pouvais plus me contrôler», avait lancé le religieux, devant le tribunal.
Plus de détails à venir.