Pete McKenna est d'avis que Twitter est un outil servant à faciliter la communication entre les policiers et la communauté.

Twitter pour se rapprocher de la communauté

Ceux qui se demandaient à quoi ressemble le quotidien d'un patrouilleur du Service de police d'Ottawa (SPO) ont pu en avoir un aperçu du confort de leur salon samedi soir grâce à @SgtIainPidcock et @OfficerMcKenna.
Les policiers Iain Pidcock et Pete McKenna ont traîné leur téléphone mobile dans leur auto-patrouille samedi soir pour raconter leur quart de travail au fur et à mesure qu'il se déroulait sur Twitter. Un live-tweet pour les habitués de cet outil de microblogage.
Les policiers ont eu une soirée occupée, c'est peu dire. Ils sont intervenus auprès de personnes avec des problèmes de maladie mentale, diriger le trafic pendant que des feux de circulation étaient hors-service et sont également intervenus dans un cas de rage routière.
En chemin, ils ont répondu aux nombreuses questions des internautes.
L'initiative a ainsi été répétée par la Police d'Ottawa.
La première fois, le constable Pete McKenna avait décrit la soirée au poste où les appels d'urgence sont répartis aux différentes équipes de patrouille sur le terrain.
«Ç'a été très populaire, j'ai eu 1200 nouveaux abonnés en une seule soirée. C'était le principal sujet de conversation sur Twitter au Canada, le cinquième dans le monde entier. Avec ce succès, on a pensé qu'on pourrait donner un aperçu du travail des officiers comme nous.»
L'utilité d'abord
Pete McKenna voit d'abord en Twitter un outil pour faciliter la communication entre les policiers et la communauté. Après avoir vu des amis se tourner vers cet outil pour obtenir de l'information, il a réalisé son potentiel. «Lorsqu'il y a eu l'énorme trou sur la route 174, il y avait plein de policiers alentour. Mais les gens ne les voyaient pas de l'autoroute. On aurait pu expliquer les opérations en cours si on avait eu l'autorisation de tweeter.»
Après cet épisode, le constable a fait l'exposé des avantages de cet outil à ses patrons. Ils n'ont pas été difficiles à convaincre, dit-il. Désormais, il tweete régulièrement les informations sur le trafic et les fermetures de route. «En le voyant, les médias relaient rapidement l'information et les gens peuvent éviter certains chemins.»
La plus grande utilité du réseau social, selon Pete McKenna, demeure de créer des liens avec la population d'Ottawa. Il n'hésite pas à répondre aux questions des gens, même lorsqu'il est à la maison. Il s'agit également de son compte personnel, il partage également quelques éléments de sa vie de tous les jours.
«Je peux dire que je m'en vais voir le match des Sénateurs un certain soir. Les gens voient ainsi qu'on a des points en commun. Ils ne voient plus seulement un policier avec un uniforme bleu, ils voient un homme, simplement.»