Justin Trudeau estime que la décision du NPD de fixer à 50 % plus un la barre pour un résultat référendaire au Québec nuit à l'unité nationale.

Trudeau accuse Mulcair d'encourager les séparatistes québécois

Le chef libéral s'en est pris à son adversaire néo-démocrate, au matin du 39e jour de la campagne électorale, l'accusant d'encourager les séparatistes.
Justin Trudeau était à Toronto pour parler de logement abordable, mercredi matin. Mais à une question sur la défense des droits des minorités francophones à l'extérieur du Québec, il a repris une critique qu'il a déjà servie à Thomas Mulcair, la rajustant quelque peu.
«Les francophones qui vivent à travers le Canada font bien de demander à M. Mulcair comment il prétend pouvoir défendre les intérêts des francophones dans ce pays quand il encourage en même temps les séparatistes québécois», a lancé M. Trudeau.
Les libéraux estiment que la décision du Nouveau Parti démocratique de fixer à 50 % plus un la barre pour un résultat référendaire au Québec nuit à l'unité nationale.
Déjà, au premier débat des chefs, début août, M. Trudeau avait reproché à M. Mulcair d'être «du côté des séparatistes». M. Mulcair s'était alors défendu en rappelant qu'il a milité pour le Non dans deux référendums québécois.
M. Trudeau avait aussi une critique sévère à servir à Stephen Harper, mercredi.
«M. Harper ne fait que chercher des excuses pour ne rien faire» face à la crise des réfugiés, a accusé M. Trudeau. Cette semaine, le chef conservateur et premier ministre sortant a répété à quelques reprises qu'il faut assurer la sécurité des Canadiens avant d'accepter des réfugiés syriens.
Pour ce qui est du logement abordable, le chef libéral a promis une stratégie nationale globale sur le logement. Cette stratégie assurerait aux provinces et aux municipalités plus de financement fédéral pour la construction et la rénovation de logements abordables.