Troy Allen est accusé du meurtre non prémédité de Barry Brousseau à Shawville

L'alcool coulait à flots le jour où Barry Brousseau a été poignardé à mort, en juin 2013, à un point tel que certains témoins ont continué de boire pendant que la victime mourante gisait au sol.
Troy Allen, 33 ans, de Shawville, est aujourd'hui accusé de meurtre non prémédité.
La courte enquête préliminaire de M. Allen a été l'occasion, lundi, d'entendre les témoins décrire la beuverie qui a mal tourné.
Le 3 juin 2013, Troy Allen recevait un groupe d'amis à son domicile de la rue Victoria, à Shawville.
Selon ce qui ressort des témoignages d'hier, M. Allen, ivre, accusait Barry Brousseau, 41 ans, d'entretenir une relation secrète avec sa conjointe d'alors, Jennifer Beauchemin.
Mme Beauchemin et M. Brousseau ont beau avoir répété qu'il n'y avait rien entre eux, une bagarre a éclaté entre les deux hommes.
M. Brousseau a réussi à avoir le dessus sur son rival, l'immobilisant au sol « de 5 à 10 minutes », période pendant laquelle M. Allen lui répétait de le laisser se relever.
La situation s'est calmée quelques secondes, avant que M. Allen saisisse un couteau dans la cuisine et poignarde son rival à l'abdomen à plusieurs reprises.
La victime est tombée, inerte et ensanglantée, après avoir franchi une courte distance, à l'extérieur de l'appartement.
Le premier témoignage a été celui de Jennifer Beauchemin, la conjointe d'alors de M. Allen, qui habitait aussi à cette adresse, à l'époque.
Ce jour-là, la femme s'était procurée un 40 onces de whiskey, et ses convives d'autres grandes quantités d'alcool.
D'autres personnes se sont ajoutées au groupe pour boire. Plusieurs avaient consommé de grandes quantités d'alcool depuis la veille.
Une discussion sur la jalousie de M. Allen a abouti dans la cuisine.
« Ce n'était pas la première fois, a expliqué Mme Beauchemin. Il était jaloux tout le temps. Il disait que moi et Barry, on se voyait... Et Barry essayait de lui faire comprendre que ce n'était pas vrai. »
La bagarre a éclaté, pendant que la femme de 30 ans tentait de le faire arrêter.
Certains convives - aussi ivres - ont observé la scène de loin, sans réagir.
Après cette bagarre dans la cuisine - dans laquelle M. Brousseau a eu le dessus -, l'accusé a saisi le couteau dont la lame mesurait de six à huit pouces.
« Il a donné plus de deux coups », a expliqué la femme.
« On le croyait mort, je paniquais. Je ne savais pas quoi faire », a-t-elle ajouté.
Un des convives a couru chez une voisine pour obtenir de l'aide.
Celle-ci a tenté de prendre le pouls de la victime, sans rien ressentir.
Pendant ce temps, des convives sont restés immobiles.
Assis sur le divan de son appartement, dans les minutes suivant les faits, M. Allen aurait paru dans un autre monde, comme si rien ne s'était passé, affirmant : « Non, je n'ai tué personne. »
Toujours selon Mme Beauchemin, le groupe a continué de boire.
« Je ne sais pas pourquoi. Nous étions en état de choc. »
Les policiers et les paramédics sont arrivés ensuite, et le décès a été constaté à l'hôpital.
Troy Allen aurait dit, en prison, ne pas se souvenir d'avoir posé ces gestes.
Un autre témoin, Jeffrey Newton, était assis dans le salon lorsque la bagarre a éclaté.
Il a dit ne pas s'être interposé parce qu'il n'aimait pas la violence.
« J'ai compris qu'à un certain moment, Jennifer criait pour obtenir de l'aide, et que Barry est venu la défendre. Je n'ai jamais quitté ma chaise. Troy est venu dans le salon et m'a dit de partir chez nous, ce que j'ai fait. En sortant, j'ai vu Barry au sol, devant la porte. C'est là que j'ai couru chez des voisins et leur ai dit d'appeler la police. »
La date du procès doit être fixée en octobre prochain.