Anne-Catherine Powers et Shakti Ramsurrun

Triple meurtre à Gatineau: l'enquête préliminaire pourrait durer dix jours

L'enquête préliminaire de Shakti Ramsurrun, accusé des meurtres de son ex-conjointe et de ses beaux-parents, en mai 2012, dans le secteur Aylmer, pourrait durer jusqu'à 10 jours.
Les audiences ont débuté hier matin, au palais de justice de Gatineau. La juge Anouk Desaulniers devra déterminer si la preuve est assez suffisante pour aller à procès. 
Les procureurs du ministère public et de la défense croient avoir besoin de sept à dix jours pour étudier la preuve recueillie par le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG).
La juge a prononcé une ordonnance de non-publication, interdisant aux médias de rapporter ce qui se dit et ce qui est décrit lors de l'enquête préliminaire.
L'auteur présumé d'une des pires tragédies familiales à frapper l'Outaouais est accusé de trois meurtres prémédités.
Louise Leboeuf, 63 ans, Claude Lévesque 58 ans, et la fille de Mme Leboeuf, Anne-Katherine Powers, 21 ans, ont été tués par ce que la police de Gatineau avait qualifié à l'époque d'«arme tranchante». 
Mme Powers était l'ex-conjointe de l'accusé.
Le prévenu aurait perpétré le triple meurtre à l'arme blanche, peu avant 12h15, le 24 mai, dans la résidence du 64, rue Félix-Leclerc.
Le SPVG avait retrouvé la minifourgonnette des beaux-parents, dans le stationnement du club de golf Rivermead, où le suspect travaillait. Le véhicule était rempli de valises et de jouets d'enfant. 
Le suspect avait pris la fuite avec l'enfant qu'il avait eu avec Mme Powers.
Cette dernière aurait voulu se séparer du père de son enfant. Le jeune, hébergé malgré tout par ses beaux-parents, n'aurait pas accepté cette séparation.
Originaire de l'Île Maurice, Shakti Ramsurrun a rencontré Mme Powers sur un bateau de croisière.