Touffu et sans éclat

Non, ce n'est pas un budget fédéral qui passera à l'histoire. De toute évidence, le ministre Jim Flaherty s'est gardé les meilleures annonces et le retour à l'équilibre budgétaire pour 2015, une année électorale.
En attendant, il y a quand même quelques mesures dignes d'intérêt pour les gens d'Ottawa-Gatineau dans ce budget touffu, mais sans éclat.
Les maires de Gatineau et d'Ottawa réclamaient de nouveaux fonds pour retaper les infrastructures de leurs villes. Or oui, il y a de l'argent pour cela dans le budget Flaherty. Un total de 53 milliards en fait, à dépenser d'ici 10 ans dans le cadre du nouveau plan Chantiers Canada.
Il faut toutefois dire qu'une grande partie de cette somme, soit 32 milliards, provient d'un retour de la taxe d'accise sur l'essence et d'un remboursement de la TPS. Or les villes ont déjà droit à ces montants depuis 2007. Bref, rien de vraiment nouveau de ce côté-là.
Non, là où il y a de l'argent frais, c'est dans le Fonds Chantiers Canada. On parle d'un montant de 14 milliards, auquel s'ajoute un autre six milliards qui représente les fonds de tiroirs des anciens programmes d'infrastructures. Au total donc, 20 milliards que les villes pourront se partager pour construire des routes, des égouts, des trains de banlieue et d'autres infrastructures publiques.
C'est dans ce fonds-là que le maire d'Ottawa, Jim Watson, peut espérer piger une partie du financement pour prolonger son train léger dans l'ouest de la ville ou financer son programme d'assainissement des eaux. On ne sait cependant pas encore en vertu de quels paramètres les fonds seront octroyés, les ententes entre le fédéral et les provinces n'étant pas encore conclues. Mais le suspense tire à sa fin puisqu'Ottawa s'engage à lancer le programme d'ici au 31 mars.
Ceci dit, l'argent consacré aux projets des villes n'est qu'une goutte d'eau dans le fleuve Saint-Laurent en comparaison de ce que le fédéral va dépenser pour réparer les ponts en décrépitude de la région de Montréal. Ottawa compte investir 165 millions d'ici deux ans pour le nouveau pont Champlain et 378 millions pour les autres ponts, tunnels et routes qui relèvent du fédéral dans la région montréalaise.
Pas étonnant qu'il reste si peu d'argent pour les autres villes.
•••
Les fonctionnaires fédéraux d'Ottawa-Gatineau, eux, doivent se réjouir de ce qui n'apparaît pas dans ce budget Flaherty. On n'y annonce pas de mises à pied ou de compressions majeures.
Mais les fonctionnaires ne perdent rien pour attendre.
Ce budget prépare clairement la prochaine ronde de négociations avec les syndicats de la fonction publique. Une ronde qui portera principalement sur l'instauration d'un régime d'assurance invalidité à court terme et sur la révision des congés de maladie. La guerre de mots est déjà entamée à ce chapitre entre les syndicats et le président du Conseil du Trésor, Tony Clement.
Là où ça pourrait jouer dur, c'est la question du régime de soins de santé des retraités. Le gouvernement souhaite réduire de 75 à 50 % sa contribution à ce régime, ce qui lui permettrait d'engranger des revenus de 7,4 milliards sur 6 ans. Les retraités, eux, verraient leurs cotisations annuelles grimper de 261 à 550 $. Pas la mer à boire, dites-vous ? C'est quand même l'équivalent d'une hausse de taxes municipales de 19 % à Gatineau...
•••
Et puis il y a cette hausse du prix des cigarettes qui va sans doute faire jaser.
Depuis hier soir, le prix des cartouches de 200 cigarettes a bondi d'un peu plus de 4 $, la première véritable hausse depuis 2002. En théorie, Ottawa cherche à réduire le tabagisme avec cette mesure. En pratique, la tentation sera grande pour les fumeurs de s'approvisionner au marché noir... À cela, le gouvernement Harper prédit qu'un million de fumeurs écraseront pour de bon.
L'avenir nous dira si Ottawa a trouvé le bon dosage pour éviter que l'effet de la hausse se dilue dans le trafic de contrebande.
Je remarque, au passage, que la hausse de la taxe d'accise sur le tabac rapportera 1,4 milliard supplémentaire dans les coffres du fédéral d'ici 2016.
Une bouffée d'air pur, comme disent les fumeurs, qui contribuera au retour à l'équilibre budgétaire.