Le système de paye Phénix a été implanté malgré l'insistance de l'Alliance de la fonction publique du Canada, qui demandait son report.

Système de paye Phénix: le transfert a eu lieu sans problème majeur

L'implantation de la deuxième phase du nouveau système de paye Phénix pour 170 000 fonctionnaires travaillant dans 67 ministères et organismes fédéraux a eu lieu tel que prévu, jeudi, sans problème majeur.
«Aucun enjeu important n'a été soulevé», a indiqué Michèle LaRose, porte-parole du ministère des Services publics et de l'Approvisionnement.
Le ministère, responsable de la mise en oeuvre de ce projet de 300 millions $ qui a nécessité cinq années de travaux, a procédé malgré l'insistance du syndicat des employés du centre de Miramichi, l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), qui demandait son report pour régler les problèmes rencontrés lors du transfert initial de 120 000 comptes.
L'AFPC, qui avait accusé le gouvernement «de jouer à l'autruche» dans ce dossier, n'a rien à signaler pour l'instant.
Le ministère souligne qu'il surveille la situation de près et soulèvera publiquement les problèmes et la façon dont il trouvera des solutions.
Si, de manière générale, les employés reçoivent leur paye sans perturbation, le ministère dit avoir constaté «quelques problèmes» lorsqu'il y avait des changements à la rémunération, notamment des employés affectés temporairement à des postes mieux rémunérés et des versements d'allocations.
Des rapports sont fournis aux ministères avant chaque passage de paye afin de cerner et de régler les incohérences, et plusieurs numéros sans frais (dont le 1-855-634-2358) sont mis à la disposition des employés, des conseillers en rémunération, des agents financiers et du personnel en ressources humaines afin de répondre aux questions. L'outil de suivi en ligne permet aussi de consulter l'état d'une demande de service liée à la paye.
Des mécanismes sont aussi en place au sein des ministères afin de résoudre les problèmes, notamment le versement d'avances de salaire d'urgence, au besoin.