Dans l'extrait vidéo, on aperçoit un policier  d'Ottawa frapper à une dizaine de reprises l'individu en état d'arrestation, couché au sol.

Soupçons de brutalité policière à Ottawa

Le Service de police d'Ottawa se retrouve sur la sellette depuis samedi matin, alors qu'une vidéo filmée tard vendredi soir devant le bar Tequila Jacks, dans le marché By, montre un cas présumé de brutalité policière.
Dans l'extrait vidéo d'environ une minute capté par un témoin de la scène à l'aide de ce qui semble être un téléphone intelligent - et qui circule sur les médias sociaux, dont YouTube -, on aperçoit un policier frapper à une dizaine de reprises l'individu en état d'arrestation, couché au sol. D'autres agents l'entourent au moment des faits. 
Rapidement, les autorités ont réagi samedi en début d'après-midi par voie de communiqué pour indiquer que deux jeunes hommes de 21 ans ont été arrêtés à la suite de cet événement.
Tout a débuté quelques minutes avant minuit lorsque la police a été appelée à intervenir pour un désordre à la boîte de nuit de la rue Clarence. Un individu avait alors utilisé une tige de métal pour menacer le personnel de sécurité de l'établissement. 
À l'arrivée des autorités, les esprits se sont échauffés dans la foule réunie à l'extérieur du bar. C'est alors qu'un second individu a frappé un policier à l'oeil gauche et au nez. Il a été coupé lors de l'altercation.
Les agents ont ensuite maîtrisé ce suspect au sol avant de le menotter. Le premier individu a alors tenté de s'en prendre aux policiers, mais il a rapidement été arrêté.
«Un travail difficile»
Le chef du Service de police d'Ottawa, Charles Bordeleau, a commenté l'affaire. «Nos agents ont un travail difficile et dangereux, et ils travaillent dur pour servir les habitants de cette ville, a-t-il lancé. Nous savons qu'une vidéo a été publiée et montre une partie de l'arrestation dans cet incident. Elle sera examiné par notre Section des normes professionnelles.»
Le policier a été traitée sur les lieux par les paramédics pour soigner des blessures mineures, tout comme l'un des deux individus impliqués dans les événements. 
Balkaran Bajwa et Gohar Ali, deux jeunes hommes de 21 ans d'Ottawa, feront face à une kyrielle d'accusations. Le premier fera face à des accusations de désordre public, d'avoir proféré des menaces, d'avoir résisté à son arrestation et d'avoir agressé un agent de la paix, alors que le second fera face à des accusations de désordre public, d'agression armée et d'entrave au travail des agents de la paix.