So Long, See You Tomorrow, de Bombay Bicycle Club

Sa biographie place le curseur de l'auto appréciation en très haute altitude: dans son communiqué de presse, Bombay Bicycle Club se présente comme le groupe londonien le plus prolifique et le plus sous-estimé. Sic.
Ainsi va la vie d'artistes nés sous l'arc de l'indépendance, qui n'en livrent pas moins des chansons fort respectables et comblent le manque de reconnaissance par une vitesse de production super-sonique: un album par année en moyenne. Souhaitons à ce So Long, See You Tomorrow une bien meilleure réception que les autres.
Cette fois, on retrouve une certaine notion de liberté émanant du rock progressif, un penchant assumé pour les synthétiseurs analogiques, les ambiances planantes et les cassures rythmiques. Pas de digressions ni de fausses pistes, pas de graisse en trop dans les morceaux. Dix vraies chansons construites comme autant d'univers sonores ciselés.
C'est peut-être ainsi que s'opérera la résurrection du Club.