Simon Fournier en sera à sa première participation aux championnats du monde juniors de ski alpin du 6 au 14 mars.

Simon Fournier skiera en Suède

La pause arrive à un bon moment. L'appel de Canada Alpin aussi.
Simon Fournier a appris qu'il s'en va à Are, en Suède. Une première participation aux championnats du monde juniors de ski alpin l'attend du 6 au 14 mars.
« Une très bonne nouvelle », a soutenu l'athlète de Hull, qui se trouve chez sa mère depuis une semaine.
Les entraîneurs de l'équipe nationale de développement ont donné congé à leurs athlètes après une épreuve du circuit Nor-Am à Copper Mountain, le 11 février dernier. « Ils voulaient qu'on décompresse un peu », a souligné Fournier.
« Ça fait du bien. Ça faisait deux mois que nous étions partis de la maison. »
Le mot d'ordre ? Se tenir loin des skis pendant plusieurs jours.
Résultat, Fournier retournera sur la neige que ce mercredi. Il va renouer avec son ancien terrain de jeu. Des entraînements sont prévus au mont Sainte-Marie.
« Je vais pouvoir prendre un certain recul et me remettre sur de bonnes bases. Les deux derniers mois, c'était une course après une autre. »
Vérification faite, le jeune homme âgé de 19 ans s'est tapé 20 épreuves en six semaines.
Il s'agit de sa première saison au sein du programme national. Un hiver qui a bien commencé avec notamment une septième position à une épreuve de descente du circuit Nor-Am en décembre à Lake Louise.
La charge importante de travail a fini par le rattraper en janvier, notamment lors du passage de ses coéquipiers et lui en Autriche. Il a notamment dû se contenter du 61e rang à une étape de la Coupe d'Europe à Kitzbuehel.
« J'ai eu un super début de saison. Mais ce fut un peu plus difficile par la suite. Je n'ai pas eu de bons résultats dans les courses techniques. Je me cherche un peu. Mais affronter de l'adversité, ça fait partie du jeu. »
C'est pourquoi remettre le compteur à zéro s'avère important. Surtout à l'approche de son plus important défi.
Simon Fournier aimerait bien terminer parmi les dix plus rapides skieurs à la descente des Mondiaux juniors. Il prendra aussi le départ du super-G.
Un mois de mars « de fou », dit-il, l'attend.
Car après ce séjour en Suède, ce sera le retour au Canada. Les finales techniques du circuit Nor-Am auront lieu en Outaouais du 17 au 21 mars.
« Après, je vais participer aux finales de vitesse à Surgarloaf, aux États-Unis. Et il y a aussi les championnats canadiens. »
Fournier s'estime chanceux. Il est dirigé par deux hommes. D'abord il y a son ancien coach en Outaouais, Chris Powers, et l'ancienne gloire du ski alpin canadien, John Kucera.
Ce dernier a pris sa retraite en 2013, se recyclant en entraîneur. Il n'a que 32 ans.
« Johnny a déjà été champion du monde. Il a gagné quelques médailles en Coupe du monde. Il sait ce que ça prend pour passer au prochain niveau », a noté Fournier.
« Ça ne fait que quatre ans qu'il a arrêté. Il connaît bien la vie d'athlète. »
En plus de Simon Fournier, un autre produit local participera aux championnats du monde juniors de ski alpin. Valérie Grenier, de St-Isidore, tentera de défendre son titre gagné l'an dernier en descente.