Teemu Selanne fera son entrée au Temple de la renommée en même temps que Paul Kariya, Dave Andreychuk, Mark Recchi, Danielle Goyette, Jeremy Jacobs, et Clare Drake.

Selanne et Kariya au Temple de la renommée

TORONTO - Le Temple de la renommée du hockey pouvait probablement envisager l'admission de Teemu Selanne il y a 24 ans.
Le « Finnish Flash » est l'une des sept personnes qui ont fait leur entrée au Temple lundi après-midi. C'était tout naturel qu'il le fasse en compagnie de son coéquipier de longue date Paul Kariya. « La chimie que nous avions, c'était magique à tous les soirs », s'est rappelé Selanne en téléconférence. « Si je n'avais pas eu l'opportunité de jouer avec lui, je ne serais pas au Temple de la renommée, a ajouté Kariya. Je lui en suis très reconnaissant. »
Kariya a aussi blagué qu'il savait toujours où trouver Selanne, que ce soit sur la patinoire ou à l'extérieure de celle-ci. « Teemu disait tout le temps que je pouvais lire ses pensées. Quand nous n'étions pas sur la patinoire, ce n'était pas très difficile : il était toujours en train de regarder Baywatch ! »
Selanne est la tête d'affiche de cette promotion. L'un des meilleurs buteurs de l'histoire de la LNH et sans aucun doute le meilleur joueur issu de la Finlande, son talent ne semblait connaître aucune limite.
Les deux hommes seront accompagnés à Toronto de Dave Andreychuk, Mark Recchi et de Danielle Goyette. Le propriétaire des Bruins de Boston, Jeremy Jacobs, et l'entraîneur universitaire canadien Clare Drake y sont également admis dans la catégorie des bâtisseurs.
Sans Alfredsson
Les Sénateurs d'Ottawa auront été déçus de voir que leurs deux candidatures possibles, celles de Daniel Alfredsson et Bryan Murray, n'ont pas été retenues par le comité de sélection du Temple de la renommée du hockey.
Avec ses 1157 points, dont 444 buts, en 1246 parties de saison régulière, son trophée Calder en 1996, ses six invitations au Match des étoiles et sa médaille d'or aux Jeux olympiques de 2006 avec la Suède, Alfredsson aurait peut-être pu faire son entrée parmi les légendes du hockey dès sa première année d'éligibilité après avoir annoncé sa retraite en 2014, après une dernière campagne avec les Red Wings de Detroit. Mais plusieurs grands ont dû attendre quelques années avant de recevoir l'appel tant attendu, incluant les Andreychuk, Kariya et Recchi qui l'ont reçu lundi en même temps que Teemu Selanne.
Quant à Murray, il a passé près de 30 ans dans la LNH avec les Capitals de Washington, les Red Wings de Detroit, les Panthers de la Floride, les Ducks d'Anaheim et finalement les Sénateurs, club de son patelin qu'il a mené à la finale de la coupe Stanley en 2007 avant de devenir leur directeur général, poste qu'il a délaissé l'an dernier pour devenir un consultant à la direction de l'équipe. Depuis trois ans déjà, il lutte contre un cancer colorectal de stade IV et si le Temple veut lui faire une place dans son aile des bâtisseurs de son vivant, il faudrait qu'il le fasse plus tôt que tard, contrairement à ce qu'il a fait pour un autre homme de hockey originaire de l'Outaouais, Pat Burns, intronisé de façon posthume.
Avec Marc Brassard, Le Droit