Les environnementalistes, caractérisés comme des «extrémistes» par la police, «posent une menace criminelle réelle contre l'industrie pétrolière canadienne».

Sécurité nationale: la GRC craint la menace écologiste

Les mouvements d'opposition à l'exploitation pétrolière menés par les écologistes et les Amérindiens constituent une «menace croissante» à la sécurité du Canada, estime la police fédérale dans un rapport interne jugé «effrayant» par Greenpeace.
Les environnementalistes, caractérisés comme des «extrémistes» par la police, «posent une menace criminelle réelle contre l'industrie pétrolière canadienne», selon ce document confidentiel des services de renseignement de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), obtenu mercredi par l'AFP et datant de janvier 2014.
Le secteur énergétique canadien, qui représente 10% du PIB national, est avant tout dépendant de l'extraction du pétrole d'Alberta, mais son impact environnemental élevé est régulièrement dénoncé par divers groupes de pression, au Canada et à l'étranger, bien que minimisé par les producteurs d'hydrocarbures.
«A travers le mouvement anti-pétrole, les forces de l'ordre canadiennes et les services de renseignement ont noté le développement d'une frange extrémiste et violente pan-nationale opposée idéologiquement à l'industrie pétrolière», met en garde la GRC dans ce rapport.
Une douzaine d'incidents violents sont répertoriés entre 2006 et 2013, allant d'une bombe contre le véhicule d'un cadre de l'industrie pétrolière, à l'incendie de six voitures de la GRC lors de manifestations contre les gaz de schiste.
Selon la GRC, cette opposition est constituée «d'activistes pacifiques ainsi que de militants et d'extrémistes violents» qui se sont «alignés» sur des «extrémistes autochtones violents», surtout dans les provinces du Nouveau-Brunswick, d'Ontario et de Colombie-Britannique où des projets de gaz de schiste et d'oléoducs ont suscité l'ire d'une partie de la population.
De fait, la police fédérale s'inquiète que l'exploitation des matières premières au Canada «constitue l'une des premières préoccupations de nombreuses communautés indigènes». Premières Nations, Métis et Inuits représentent 4,3% de la population canadienne.
Chiffres à l'appui, la GRC dénonce «l'influence financière étrangère» venant de fondations philanthropiques américaines qui sont accusées de soutenir financièrement les mouvements écologistes. Cela «peut enflammer un environnement déjà tendu», est-il noté.
Abondamment citée, l'ONG environnementale Greenpeace a jugé «réellement effrayant» ce document de 44 pages, car toute personne qui se sent concernée par le réchauffement climatique est assimilée à «un potentiel "extrémiste anti-pétrole"».
Keith Stewart, un des responsables de Greenpeace Canada a indiqué à l'AFP craindre que l'adoption d'une nouvelle loi antiterroriste, à l'étude au parlement, ne permette aux services de renseignement de conduire «un espionnage d'État» contre n'importe quel opposant à l'industrie pétrolière.