Milos Raonic a baissé pavillon en 75 minutes, 6-4 et 6-4, devant le Français Adrian Mannarino.

Raonic tombe à la Coupe Rogers

Avant le début de la Coupe Rogers, peu de gens auraient parié que Denis Shapovalov allait être le seul Canadien à prendre part au troisième tour. C'est pourtant là où nous en sommes, au terme de la journée de mercredi.
Le Français Adrian Mannarino a gâché la soirée de bien des partisans en montrant la porte de sortie au Canadien Milos Raonic, l'emportant 6-4, 6-4 au deuxième tour.
Raonic, qui n'a pas réussi à se tailler une place en troisième ronde à Montréal depuis sa finale en 2013, n'a pas été à son meilleur en raison d'une blessure au poignet et il n'a pas été en mesure de s'imposer.
«La blessure est mineure concernant la gravité, mais elle ne l'est pas concernant la douleur, a fait savoir Raonic. J'ai essayé de calmer la douleur, mais ce genre de blessure peut faire très mal. J'ai pris des anti-inflammatoires pour diminuer l'enflure, mais pas des anti-douleurs.»
Profitant d'un lent départ de la sixième tête de série, Mannarino n'a pas caché qu'il connaissait l'état de santé du Canadien et il a ajusté son plan de match en conséquence.
«Je suis content de ma partie, mais je voyais bien que Milos éprouvait des difficultés sur son revers, a indiqué Mannarino. Ç'a n'a pas été facile parce qu'il sert quand même très fort. Je n'ai pas son service alors je pensais l'embêter en jouant le plus bas possible et en faisant durer les échanges.»
Raonic a dû attendre la troisième partie de la première manche avant de gagner un premier point. Tirant de l'arrière 4-2, il a réussi à remporter son service avant de briser son opposant pour créer l'égalité.
Mais alors que le Canadien de 26 ans a l'habitude de faire mal paraître ses adversaires grâce à son puissant service, sa première balle n'avait pas le même aplomb contre Mannarino, qui l'a brisé dès le jeu suivant avant de se sauver avec le premier set.
«Adrian était confortable sur le terrain et je n'ai pas bien fait les choses. Je ne servais pas bien et je n'exécutais pas bien mes coups, a déclaré Raonic. Il joue d'une façon particulière et je n'étais pas concentré sur ce que je devais faire au service. J'ai laissé certaines choses me déranger.»
En deuxième manche, le Français classé au 42e rang mondial a continué à attaquer Raonic, qui n'a réussi qu'un seul as lors de cet affrontement. À égalité 4-4, Mannarino est venu de l'arrière dans la partie pour briser le Canadien et il a conclu sa soirée de travail en ne perdant aucun point sur le dernier jeu.
«Même quand il sert moins bien, Milos est excellent au service et je suis très heureux de la façon dont j'ai retourné la balle», a-t-il ajouté.
Mannarino disputera maintenant la victoire au Sud-Coréen Hyeon Chung, qui a surpris le Belge David Goffin (no 9) 7-5, 6-3.
En ce qui concerne Raonic, il estime qu'il guérira à temps pour prendre part aux Internationaux des États-Unis, qui commenceront le 28 août.
«Je suis très confiant d'être remis de cette blessure. Plusieurs joueurs de tennis en ont une semblable, a-t-il expliqué. J'étais incapable de tenir ma raquette il y a deux jours. J'espère que ce n'est pas un pas de recul et je vais essayer de la calmer au cours des prochains jours.»
Shapovalov face à ses idoles
En battant Juan Martin del Potro mercredi, Denis Shapovalov est devenu le plus jeune joueur à atteindre le troisième tour d'un tournoi Masters depuis 2004.
Denis Shapovalov devra s'habituer au court central du Stade Uniprix, car il y fera une troisième visite en trois jours.
Le Canadien de 18 ans a causé une surprise de taille, mercredi, battant l'Argentin Juan Martin del Potro 6-3, 7-6 (4), au deuxième tour de la Coupe Rogers. Il a maintenant rendez-vous avec Rafael Nadal, jeudi en fin de soirée. «Ce serait incroyable de jouer contre Rafael», a indiqué Shapovalov (143e mondial). «Je pourrais évaluer mon jeu et voir où il est rendu.»
«Denis est un bon jeune joueur et il est très agressif», a observé Nadal, qui a vaincu en soirée le Croate Borna Coric 6-1 et 6-2. «Je suis certain qu'il sera très confiant après sa victoire au premier tour et celle contre un des meilleurs joueurs au monde. Je vais essayer d'offrir mon meilleur tennis et je crois que les spectateurs seront respectueux à mon égard.»
Le plus jeune depuis Wilander
Le match de Shapovalov contre del Potro a donné lieu à beaucoup de longs échanges au cours desquels la puissance des deux joueurs a été mise en valeur. Le Canadien a toutefois été plus dangereux lors de sa première balle de service et il a commis moins de fautes directes, ayant finalement le dessus en une heure 44 minutes.
«Comme je l'ai dit mardi, Juan Martin est mon idole alors c'était tout un honneur de jouer contre lui. Ce sera vraiment très bon pour ma confiance», a affirmé Shapovalov, qui est devenu à l'âge de 18 ans et 116 jours le quatrième plus jeune joueur de l'histoire du tournoi à accéder au troisième tour et le plus jeune depuis Mats Wilander, en 1982.
Un adversaire de 6'10"
Quant à Roger Federer, il a fait une rentrée réussie sur le court central après avoir passé sa soirée d'anniversaire mardi au concert du groupe britannique de pop-rock Coldplay. Le maître de 36 ans a donné une leçon à l'élève de 29 ans lorsqu'il a aisément défait du Canadien Peter Polansky en deux manches de 6-2 et 6-1, lors du deuxième tour. Bousculant son adversaire pendant 54 minutes, Federer, qui disputait un premier match à Montréal depuis sa défaite au troisième tour en 2011, a fait plaisir aux spectateurs en étant agressif et en réalisant plusieurs coups spectaculaires.
«J'ai bien commencé les sets et je voulais appliquer beaucoup de pression sur Peter», a mentionné Federer, qui n'a pas été titré à la Coupe Rogers depuis 2006. «Il m'a aidé en commettant quelques doubles fautes, mais dans l'ensemble, je suis très satisfait du match.»
«Les choses ne se sont pas produites de la façon dont je le voulais, mais c'était tout de même une belle expérience», a avoué Polansky. «On dirait qu'il mesure 6'10'' sur les retours parce qu'il bouge bien, il s'amène rapidement dans le terrain et il est habile sur ses pieds.»
Lors du premier duel entre les deux hommes, au Canada, en 2014, Federer l'avait emporté 6-2 et 6-0 en 52 minutes. Mercredi, le Suisse a réussi cinq as contre un pour Polansky et il a remporté 86 % de ses points au premier service.
Federer a porté à 32-2 sa fiche cette saison, ce qui représente son meilleur début depuis 2006 (38-2). Le troisième joueur mondial retrouvera jeudi un joueur de sa génération et qu'il connaît bien pour l'avoir battu à chacune de leurs 16 confrontations : l'Espagnol de 35 ans David Ferrer (33e mondial), vainqueur 7-6 (9/7), 3-6 et 6-1 de l'Américain Jack Sock.
Avec Agence France-Presse