P-A Méthot s'est avancé vêtu d'une chemise de garage pour saluer les spectateurs, jurant sur la tête de sa fille que le public de Gatineau est «le» meilleur d'entre tous.

Raconter le quotidien pour faire rire

P-A Méthot, c'est le bon gars rondouillet qu'on aime inviter «à venir manger à maison à soir». C'est le bon diable, pour ne pas dire yâble qui, sans prétention, a le tour de raconter des anecdotes, des tranches de vie qui ressemblent aux nôtres et, bien sûr, de tordantes blagues «tapent la cuisse». Jusqu'à samedi, venez l'applaudir à la salle Odyssée.
Sur un fond de rocher Percé rappelant ses origines - et sur lequel seront projetées diverses images pour appuyer son propos -, P-A Method s'est avancé vêtu d'une chemise de garage pour saluer les spectateurs, jurant sur la tête de sa fille que le public de Gatineau est «le» meilleur d'entre tous. On nous la sert souvent celle-là mais, cette fois-ci, on y croit, tellement le ton est juste, authentique et bien senti.
Il s'en est fallu de peu pour que les représentations à Gatineau soient annulées. Semble-t-il que le Gaspésien de Chandler souffrait de nodules aux cordes vocales. Sa guérison, il la doit à des vacances à Playa del Carmen et quelques suppositoires... d'où la réflexion un peu convenue: «c'est qui le gars qui a eu l'idée que, pour guérir la gorge, on doit passer par le cul?». On lui pardonnera rapidement cette entrée en matière un peu facile car la suite n'est que plaisir.
Savoir conter
Conter, ça, il sait. Il s'inscrit dans la lignée des Jean-Marc Parent. Mimiques, pauses, gestuelle, exclamations, intonations, livraison, il manie les techniques avec doigté pour installer des ambiances, créer des images, titiller des souvenirs. Grâce à ses histoires de famille et d'amitié, de sa «gram-man» mesurant 4 pieds 6 - qui a peuplé le Québec de 17 enfants! -, à sa mère qui en fait 4 pieds huit au cube, en passant par son enfance en Gaspésie, son père, sa blonde et ses chums de fille, il réussira à se rendre tantôt attachant, tantôt mordant.
En fin observateur, il nous racontera comment «nous» les filles, on aime bien ça prendre un verre de vin rouge. Ou deux, ou trois même... et l'effet que ça nous fait. Les rires ont fusé de toutes parts, nul doute, nombreuses sont celles qui se sont reconnues dans ce numéro.
Tout aussi savoureuse sera son histoire du couple «Guylaine pis Robert». Trente ans de vie commune et trente ans à amasser des objets qui font partie de notre imaginaire collectif. Les vieux plats de Tupperware avec un fond vert et un couvercle blanc, ça vous dit quelque chose? Et que dire du pot de vaseline? À ce sujet, il nous servira une réflexion, cette fois-ci plus percutante: «comment la compagnie fait-elle de l'argent? Parce qu'un pot de vaseline, on achète ça une fois dans sa vie.» De retour à la maison, qui pourra résister à la tentation de ne pas en vérifier la date de péremption?
Touchant, il sera lorsqu'il nous parlera de sa bipolarité et du long chemin jusqu'au bonheur. Au retour de l'entracte, guitare à la main, il nous offrira quelques imitations fort réussies de Céline Dion ou, encore, de Pag.
Depuis le début de sa tournée, P-A Méthot a vendu quelque 115000 billets. Un beau succès pour celui qui, d'une main de maître, ouvre et ferme constamment des parenthèses, entrecoupant une histoire par une autre, nous séduisant par le rire et, très certainement, par son côté tout simplement attachant.
POUR Y ALLER :
OÙ ? Maison de la culture de Gatineau
QUAND ? Le 31 juillet et les 1e et 2 août, 20 h
RENSEIGNEMENTS ?
819-243-2525 ; salleodysse.ca