Patrick Chan pourrait ajouter un autre fait saillant important à sa carrière dans les prochaines heures, en devenant le porte-drapeau du Canada aux Jeux de Sotchi.

Qui portera le drapeau canadien aux JO?

Sa silhouette se retrouve sur des milliers de canettes de boissons gazeuses au pays. Ajoutez à cela qu'il a gagné l'or durant les trois dernières années aux championnats du monde de patinage artistique.
Est-ce que Patrick Chan pourrait ajouter un autre fait saillant important à sa carrière dans les prochaines heures?
Le Comité olympique canadien (COC) dévoilera ce matin quel athlète portera l'unifolié lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux à Sotchi, le 7 février. Une annonce qui se déroulera à Ottawa, la ville natale de Chan, qui est déménagé à Toronto à l'âge de trois ans.
Les derniers jours ont laissé place à beaucoup de spéculations. Qui sera le choix du COC, du chef de mission Steve Podborski et de ses adjoints Jean-Luc Brassard et France St-Louis?
Ce qu'on sait, c'est que l'heureux élu ne sera pas sur place lors de ce point de presse. Le COC a envoyé un avis aux medias à ce sujet, tard hier soir.
Ce qu'on sait aussi?
Les candidats de qualité ne manquent pas.
Oui, il y a Chan, mais les noms d'Alexandre Bilodeau, Erik Guay et Charles Hamelin reviennent très souvent chez les hommes.
Hamelin, une des vedettes du patinage de vitesse sur courte piste, a gagné deux des 14 médailles d'or du Canada en 2010. C'est sans compter ses huit titres mondiaux.
Quant à Guay, il est devenu le skieur alpin canadien le plus décoré de l'histoire en Coupe du monde, terminant troisième en décembre à la descente de Bormio, en Italie. Il s'agissait de sa 21e présence sur un podium, battant le record canadien qui était détenu par Steve Podborski.
Bilodeau, lui, avait soulevé les passions à Vancouer en devenant le premier athlète canadien à gagner l'or chez lui à des Jeux olympiques. Il était devenu la coqueluche des médias anglophones.
Chez les femmes
Une des favorites chez les femmes serait Kaillie Humphries, double championne du monde en bobsleigh.
Il y a quatre ans à Vancouver, la délégation canadienne s'était tournée vers la patineuse de vitesse Clara Hughes. Une autre patineuse, artistique celle-là, Joannie Rochette, avait défilé avec le drapeau canadien lors de la fermeture des Jeux, quelques jours après le décès de sa mère.
La médaillée de bronze sera justement sur place ce matin au dévoilement du choix du porte-drapeau.
Depuis 1998, tous les athlètes choisis pour ce rôle protocolaire aux Jeux d'hiver ont été bilingues, de Hugues en passant par la hockeyeuse Danielle Goyette (Turin), la patineuse de vitesse Catriona Le May Doan (Salt Lake City) et le roi des bosses Jean-Luc Brassard (Nagano).
Ce ne sont pas tous les athlètes qui rêvent de porter le drapeau. La tâche amène un lot de pression supplémentaire.
En 1998, Brassard avait terminé quatrième en ski acrobatique. Il avait blâmé son résultat décevant en partie sur le fait d'avoir mené la délégation canadienne lors de la cérémonie d'ouverture, qui s'était déroulée la veille de sa compétition.
Le COC pourrait toujours surprendre et arrêter son choix sur un riche athlète professionnel tel que le hockeyeur Sidney Crosby. Sauf que le capitaine des Penguins de Pittsburgh a dit dans les derniers jours ne pas avoir été approché à ce sujet.
Le capitaine des Bruins de Boston et ancien défenseur des Sénateurs d'Ottawa, Zdeno Chara, portera le drapeau de la Slovaquie. Quant à la vedette des Capitals de Washington, Alex Ovechkine, il a amorcé le relais de la flamme olympique dans son pays natal en septembre dernier.
Avant d'effectuer sa décision, le COC demande à chacune des fédérations sportives représentées aux Jeux de soumettre le nom d'un candidat. On ignore les choix de ces organisations.
Par exemple, est-ce que Patinage Canada a opté pour Chan ou plutôt le couple formé de Tessa Virtue et Scott Moir, champions olympiques en titre en danse? La paire possède même sa propre téléréalité sur une chaîne spécialisée destinée à une clientèle féminine.
Mcomtois@ledroit.com