Le Canadien et les Sénateurs vont s'affronter à trois reprises dans un intervalle de huit jours à compter de samedi.

Qui finira au sommet de l'Atlantique?

L'employé de la Ligue nationale de hockey qui a pris l'initiative d'insérer trois duels entre le Canadien de Montréal et les Sénateurs d'Ottawa dans un intervalle de huit jours en seconde moitié du mois de mars a eu du flair.
Un mois avant le temps, une atmosphère typique des séries éliminatoires devrait envahir le Centre Canadian Tire et le Centre Bell, qui seront le théâtre d'une série aller-retour le 18 mars, dans la capitale canadienne, et le lendemain à Montréal.
Cette trilogie se conclura le samedi 25 mars au Centre Bell.
Au mieux, l'une des deux formations entamera le premier de ces deux matchs avec une avance d'un point. Et si les Sénateurs devaient subir un revers en prolongation ou en tirs de barrage jeudi contre les Blackhawks de Chicago - pendant que le Canadien sera inactif -, les deux équipes seront à égalité au sommet de la section Atlantique avec 86 points chacune.
Les Sénateurs, qui ont gagné sept de leurs neuf derniers matchs contre le Canadien, dont trois d'affilée, auront toutefois un match en banque.
Un balayage de ces trois rencontres par l'une ou l'autre des deux équipes ne lui garantira pas une emprise définitive sur le premier rang du classement. Mais les Sénateurs auraient peut-être plus besoin de trois victoires que le Canadien, car la formation de l'Outaouais fera ensuite face à un calendrier beaucoup plus corsé.
Après leur passage au Centre Bell dimanche, et avant d'y revenir le samedi suivant, les Sénateurs disputeront leur premier de deux matchs à Boston d'ici la fin de la saison, puis seront les hôtes des Penguins de Pittsburgh. Et après la visite de Sidney Crosby et compagnie, les Sénateurs entameront une séquence de cinq rencontres à l'étranger, incluant des escales à Philadelphie et au Minnesota.
En comparaison, le calendrier du Tricolore semble plus conciliant. La visite des Sénateurs lancera une série de six rencontres au Centre Bell, incluant des visites des Red Wings de Detroit, des Hurricanes de la Caroline, des Stars de Dallas et des Panthers de la Floride, quatre formations qui semblent destinées à amorcer rapidement leurs vacances estivales.
D'ailleurs, après le troisième duel contre les Sénateurs, le Canadien n'affrontera aucune formation qui, pour l'instant, serait qualifiée pour les séries éliminatoires.
Mais cette donnée est appelée à changer. Le Lightning de Tampa Bay, que le Tricolore affrontera deux fois d'ici le 9 avril, connaît peut-être ses meilleurs moments de la saison avec un dossier de 7-2-1 à ses dix dernières rencontres.
La troupe de Jon Cooper, qui continue de se débrouiller sans Steven Stamkos, totalise 77 points, seulement trois de moins que les Bruins, qui occupent le troisième rang de la section Atlantique. Les deux formations ont joué 69 matchs.
Le Ligntning a aussi rejoint les Islanders de New York dans la lutte pour l'une des deux places résevées aux clubs repêchés. Pour l'instant, la formation new-yorkaise détient l'avantage à cause d'un plus grand nombre de victoires en temps réglementaire et en prolongation (32 vs 30).