La Crémaillère

Québec gastronomique à pied

Lorsqu'on visite une ville, il y a peu de manières aussi intéressantes que de le faire à pied. Surtout si c'est pour en découvrir les attraits culinaires.
Aujourd'hui, à peu près toutes les agglomérations offrent ces tours gourmands, de Madrid à New York, de Chicago et Ottawa... à Québec!
Ils s'avèrent une occasion d'apprécier une ville et ses entrailles, aiguillé par un guide qui est habituellement lui-même un fana de l'alimentation. Cette personne doit nous initier aux bonnes adresses, aux petits secrets du milieu, connaître les meilleures tables du moment.
Un récent passage dans la Vieille Capitale s'avérait une occasion en or d'explorer le Vieux-Québec gourmand, avec la collaboration de Tours Voir Québec.
Ces randonnées culinaires sont offertes tous les jours de la semaine en haute saison. Ils sont disponibles en français et en anglais, mais ces derniers sont plus populaires, compte tenu de la demande (42,95 $ par adulte). Il suffit de quatre inscrits pour assurer un départ mais ce samedi-là, en mai, 13 étaient au rendez-vous à quelques pas du Château Frontenac. Des visiteurs canadiens, mais surtout des Américains. Le parcours prend 2 h 30 et le temps passe vite.
Les premières minutes sont consacrées à parler de Québec dans son ensemble, et tous les participants se présentent. Le départ se fait à bon pas, parce que le programme est chargé: sept arrêts en 150 minutes, ça ne laisse pas beaucoup de temps à chaque endroit, d'autant qu'il faut compter quelques minutes pour se rendre d'une adresse à l'autre. Quelques visiteurs plus âgés pourraient trouver le rythme un peu essoufflant, surtout que Québec compte son lot de côtes!
Le trajet
La première escale est le restaurant La Crémaillère, une table créée en 1972 et un peu figée dans le temps avec son menu de carré d'agneau et de bouillabaisses, de crèpes suzette et de crême brûlée. La maison offre une petite portion de panacotta à la mangue enfilée pendant que le maître d'hôtel résume l'histoire de la maison. Au moins on apprendra le sens du mot «crémaillère»...
En chemin, chaque guide touristique en profite pour parler d'un aspect ou l'autre de sa ville. C'est une bonne idée de se coller à lui pour en retirer un maximum d'informations.
Puis, arrêt aux Délices de l'érable, rue Saint-Jean, où une vingtaine de tableaux à la mezzanine résument l'histoire du sirop d'érable et sa récolte. Dégustation de divers sirops obligatoire, bien sûr.
On se rend ensuite au restaurant Le Patriarche, rue Saint-Stanislas, un discret restaurant tout récemment classé cinq-diamants par le CAA. La sommelière dirige le groupe dans un coin magique de la cave où elle présente l'établissement.
Suit le bar Minkasi, où on sert une bière... de Montréal (!). Enfin, trois autres adresses de la rue Saint-Jean: le Moine échanson, la crêperie-bistro Le Billig, et pour finir, le choco-musée Erico.
À chaque endroit, une petite bouchée nous attend. Rien de bien cher mais ç'a le mérite de nous faire sentir bienvenu. La présentation est un peu mécanique, comme une leçon bien apprise. Mais cela génère bien peu de questions des participants; il faut croire que leur curiosité a été assouvie.
Sept commerces en si peu de temps fait que le tour gourmand s'avère un début d'initiation plutôt qu'un regard complet sur la scèen gastronomique locale. Les plus connaisseurs s'étonneront que l'on passe devant certaines adresses sans même en souligner la présence, comme les boulangeries Paillard ou le Panetier baluchon, l'Épicerie européenne, le Bistro Boréal ou l'épicier J.A. Moisan, vénérable commerçant de Québec. Cela laisse l'impression que les entreprises doivent payer pour être incluses dans ce parcours gourmand. Dommage!
Tours Voir Québec: 418 694-2001; toursvoirquebec.com