Les trois lauréats des Prix littéraires LeDroit 2014, Andrée Christensen, poésie, Andrée Poulin, jeunesse, et Marie-Josée Martin, fiction.

«Que la fête commence!» au Salon du livre

C'est devant un parterre de dignitaires imposant que la romancière Kim Thúy a eu l'honneur de donner le coup d'envoi, hier soir, de la 35e édition du Salon du livre de l'Outaouais (SLO).
« Que la fête commence ! », a-t-elle simplement soufflé au micro.
Le président du conseil d'administration du SLO, Denis Gendron, s'est réjoui de l'importante délégation de politiciens qu'a attirée la cérémonie officielle.
« On sent qu'il y a un intérêt réel de nos partenaires qui viennent à la cérémonie d'ouverture. Ils reconnaissent l'importance du salon. On ne peut pas avoir un message plus encourageant », a-t-il affirmé, soulignant la présence du ministre de la Culture Maka Kotto et du passage, plus tôt en soirée, de la première ministre Pauline Marois.
Tour à tour au micro, tous ont déclamé leur amour de la littérature. « Rempart identitaire » pour l'un, « acte politique », pour l'autre. Tout était prétexte pour lancer l'invitation : Viens voir le monde !, thématique choisie cette année.
« Pour moi le livre c'est une façon de découvrir le monde, de s'ouvrir aux idées, de comprendre différents contextes », indique M. Gendron.
La pétillante Kim Thúy a usé du charme qu'on lui connaît pour amadouer ses hôtes, soulignant son « histoire d'amour » avec le SLO.
« C'est ici que j'ai découvert que les auteurs continuent à faire la fête jusqu'à très tard dans la nuit, a-t-elle confié. C'est ici que j'ai le plus rencontré d'auteurs. Ce n'est pas à Montréal, ni à Paris »
Le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin a quant à lui profité de sa tribune pour marteler - deux fois plutôt qu'une - à la barbe du ministre de la Culture, que le réseau de bibliothèques a cruellement besoin de fonds.
Jusqu'à dimanche, le Palais des congrès de Gatineau vibrera au rythme du salon, qui attend encore cette année plus de 30 000 visiteurs, auxquels ont convié quelque 400 auteurs et 500 maisons d'édition.
Pour souligner son 35e anniversaire, le salon offre aux visiteurs des prestations-cadeaux durant lesquelles on pourra découvrir de la littérature dite, contée, chantée, slamée, chuchotée et dessinée. Il suffit de s'approcher...
Prix littéraires LeDroit
Par ailleurs, le lancement du SLO a été l'occasion de décerner les prix littéraires LeDroit 2014.
Pour une quatrième fois en 10 ans, la prolifique auteur Andrée Poulin a remporté les honneurs dans la catégorie Jeunesse. Elle a su recréer la recette du succès avec La plus grosse poutine du monde.
Le jury a retenu de l'oeuvre la « délicatesse avec laquelle l'auteur aborde des questions douloureuses ».
« Tout m'inspire : des histoires, des images, des enfants, des voyages... », a souligné la journaliste de métier.
Andrée Christensen s'est pour sa part distinguée dans la catégorie Poésie. Son recueil, Racines de neige, s'est attiré la faveur des membres du jury grâce à la « patience de l'observation » de l'auteur devant son jardin.
« Je souhaitais depuis longtemps consacrer un ouvrage littéraire à mon jardin, qui est pour moi plus qu'une source d'inspiration et de réflexion, mais aussi un moyen d'expression à part entière », a confié, émue, Mme Christensen.
Finalement, Marie-Josée Martin a remporté le prix Fiction, pour son roman Un jour, ils entendront mes silences, qui met en scène une « galerie de personnages tout en nuances de gris, résolument humains.»