Les députés libéraux provinciaux de la région John Fraser, Yasir Naqvi, Marie-France Lalonde et Bob Chiarelli.

Protection de la rivière des Outaouais: les libéraux réitèrent leur engagement

Pour la deuxième fois en trois mois, le gouvernement libéral ontarien confirme son appui de 65 millions de dollars pour le projet d'assainissement de la rivière des Outaouais de la Ville d'Ottawa.
Au lendemain du dépôt officiel du budget d'Ontario, jeudi à Queen's Park, les députés provinciaux de la région d'Ottawa ont réitéré vendredi leur promesse effectuée plus tôt cette année.
«Ce n'est pas tous les jours que nous avons l'occasion de dire merci en l'espace de 12 semaines», a lancé à la blague le maire Jim Watson, lors d'un point de presse tenu vendredi matin au musée Bytown, au centre-ville.
Le 2 mai dernier, les députés libéraux formant «l'équipe Ottawa» s'étaient réunis au même endroit pour annoncer le financement. Or, en pleine conférence de presse,  la chef du Nouveau Parti démocratique de l'Ontario, Andrea Horwath, annonçait à Toronto qu'elle ne pouvait appuyer le budget du gouvernement libéral déposé la veille. Cette décision a déclenché une élection provinciale et a remis en question le vaste projet de 195 millions $ visant à éliminer les déversements d'eaux usées dans la rivière des Outaouais.
«Le Plan d'action de la rivière des Outaouais a toujours été, et demeure depuis des années une priorité locale pour les membres du caucus libéral et de la Ville d'Ottawa», a assuré vendredi Marie-France Lalonde, députée d'Orléans nouvellement élue le 12 juin dernier.
Le financement provincial et la part municipale, chacun de 65 millions $,  doivent servir à réaliser la dernière phase du Plan: l'aménagement d'un tunnel souterrain de six kilomètres. L'immense réservoir, situé sous les rues Slater et Kent, permettrait de recueillir les surplus d'eaux usées lors de pluies diluviennes. Le projet nécessite aussi 65 millions$ du fédéral, qui n'a toujours pas accordé des fonds au projet.
Le ministre fédéral responsable de la région d'Ottawa, John Baird, a toutefois déjà affirmé publiquement qu'il soutenait l'initiative.