Patrick Bourbonnais (MIFO), Chantal Lamoureux (La Basoche, Salle Jean-Despréz et Théâtre du Musée Canadien des civilisations), ainsi que Xavier Forget (CNA).

Programmer tout en collaborant

Dans le milieu du spectacle, il existe plusieurs circuits.Il y a les ligues majeures, où les diffuseurs de la trempe de Live Nation entrent en compétition avec des festivals d'envergure, comme le Bluesfest, pour attirer Paul McCartney, Rihanna ou Justin Timberlake au Centre Canadian Tire ou pour faire monter sur l'une de ses scènes de grosses pointures telles que Björk, fun., Kiss ou Kanye West.En périphérie gravitent de plus petits, mais tout aussi importants diffuseurs. Parmi eux, trois organismes publics: la Ville de Gatineau, le Centre national des arts et le MIFO. Rencontre avec les trois mousquetaires de la programmation et de la collaboration qui les représentent: Chantal Lamoureux, Xavier Forget et Patrick Bourbonnais.
Trois pour un et un pour trois: voilà qui pourrait bien devenir le cri de ralliement de la directrice artistique des salles de spectacles de la Ville de Gatineau, du producteur associé (variétés et programmation régionale) du Centre national des arts et du directeur artistique du MIFO.
Chantal Lamoureux, Xavier Forget et Patrick Bourbonnais travaillent ensemble dans un même but, celui de «convaincre les gens de sortir pour découvrir des artistes que nous faisons venir dans la région!» clame Mme Lamoureux.
«Nous parlons au même public, mais nous ne sommes pas dans une guerre commerciale pour autant, entre nous. En fait, nous avons plutôt fait le choix de la collaboration pour faire rayonner un maximum d'artistes auxquels nous croyons», fait valoir M. Forget, représentant le CNA.
«Il s'agit donc, pour nous, de développer la confiance des gens dans nos choix, et de nourrir leur sentiment d'appartenance à leurs salles», renchérit M. Bourbonnais, du MIFO.
Ces salles sont La Basoche, la salle Jean-Despréz et le Théâtre du Musée canadien des civilisations à Gatineau; les différentes scènes du CNA d'Ottawa; et celles du Centre des arts Shenkman et du MIFO, à Orléans.
«Si nous sommes trois directeurs à choisir le même artiste, les gens pourront dire qu'il s'agit sûrement d'une valeur sûre, même s'ils ne le ou la connaissent pas encore», mentionne Chantal Lamoureux.
«Ça permet aussi à l'artiste de maximiser ses déplacements si on peut lui garantir deux ou trois dates dans la région», enchaîne Patrick Bourbonnais.
«C'est la valeur ajoutée de notre union. Au final, les grands gagnants sont le public et les artistes», ajoute Xavier Forget.
Ce dernier est responsable de la série CNA présente, qui met en scène des artistes canadiens francophones ou anglophones déjà établis ou émergents. Aux côtés des Rufus Wainwright et Ginette Reno qui chantent dans la salle Southam, les Soeurs Boulay et Karim Ouellet peuvent se faire valoir à la Quatrième Salle.
Quant à lui, Patrick Bourbonnais est très conscient du mandat francophone du MIFO. Pour le directeur, le défi s'avère de trouver un point d'équilibre pour satisfaire sa clientèle entre «des artistes plus connus au Québec mais qui le sont parfois moins en Ontario, et donner de la visibilité à des artistes de chez nous». Sa programmation passe donc du conteur Fred Pellerin à l'humoriste Patrick Groulx, en passant par le Quatuor Cambini et l'auteur-compositeur-interprète Mathieu Lippé.
De son côté, Chantal Lamoureux «ratisse plus large» sur la scène émergente, alignant autant les Barr Brothers que les Soeurs Boulay, Alexandre Désilets que Bears Of Legend.
Au terme de cette «première année à trois», qui s'étend jusqu'à la fin du printemps 2014, 13 spectacles (incluant ceux du trio franco-ontarien Pandaléon, de l'auteur-compositeur-interprète Patrice Michaud et du couple Andrea Lindsay-Luc De Larochellière) auront été présentés dans deux, voire trois salles de part et d'autre de la rivière des Outaouais.
Vitrines et rencontres
Les vitrines d'événements tel Contact Ontarois, qui a lieu à Ottawa en janvier, ou encore de la Bourse Rideau, qui se déroule à Québec en février, sont autant d'occasions pour les trois directeurs de voir et d'entendre des artistes d'un peu partout, mais aussi de se rencontrer pour planifier les mois à venir.
«Une programmation se prépare sur au moins un an, du repérage à la présentation du spectacle en salle», précise Chantal Lamoureux, qui concerte aussi son homologue de la Maison de la culture de Gatineau, Julie Carrière, entre autres.
Il en va de même pour MM. Forget et Bourbonnais qui discutent également avec leurs collègues d'autres diffuseurs d'Ottawa, dont La Nouvelle Scène.
S'ils le font de façon informelle avec les autres, les trois «complices» discutent entre eux calendrier sur table, histoire de pouvoir nicher une Martha Wainwright ou une Émilie-Claire Barlow dans plus d'une case au cours d'une saison.
«Voilà deux parfaits exemples d'artistes que je n'aurais jamais pu programmer à la salle Jean-Despréz si on n'avait pas développé un tel esprit de collaboration entre nous, qui a permis de leur proposer d'autres soirs au CNA dans la foulée de notre date à Gatineau», conclut Chantal Lamoureux fièrement.
Les trois mousquetaires
CHANTAL LAMOUREUX, directrice artistique, salle Jean-Despréz, La Basoche et Théâtre du Musée canadien des civilisations
Présente entre 80 et 90 artistes différents par année.
La Basoche: 120 places
Salle Jean-Despréz: 252 places
Théâtre du MCC: 505
***
XAVIER FORGET, producteur associé (variétés et programmation régionale), Centre national des arts
Présente environ 60 spectacles par année.
Quatrième Salle: 180 places
Studio: 300 places
Théâtre: 897 places
Salle Southam: 2323 places
***
PATRICK BOURBONNAIS, directeur artistique du MIFO
Présente une soixantaine d'événements par année.
Théâtre Richcraft du Centre des arts Shenkman: 165 places
MIFO: 250 places
Salle Harold-Shenkman du Centre des arts Shenkman: 502 places.