Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy.

Prix des loyers: propriétaires et locataires fulminent

La Régie du logement du Québec (RLQ) a publié vendredi ses évaluations pour le pourcentage applicable pour le calcul des augmentations de loyer. Tout dépendant du type de chauffage, la hausse proposée se situe entre 0,6% (logement non chauffé) et 1,8% (chauffé au gaz).
Ce sont les frais pour le gaz qui connaissent la plus forte augmentation (12,1%), selon la RLQ, tandis que l'organisme gouvernemental fixe l'augmentation pour les frais d'entretien à 0,7%. En 2014, la hausse avait été de 4,3%.
Locataires et propriétaires trouvent toutefois un mot à dire contre les évaluations de la RLQ. Logemen'occupe, d'un côté, soutient que le prix des loyers a augmenté beaucoup plus rapidement que le revenu médian entre le recensement de 1981 et l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011.
Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy, souligne que durant la même période, le nombre de ménages qui consacrent plus de la moitié de son revenu pour se loger a augmenté de 65%. Il recommande aux locataires d'utiliser l'outil de calcul sur le site Web de la RLQ avant d'accepter une hausse de loyer de leur propriétaire.
De son côté, l'Association des Propriétaires du Québec (APQ) se dit «consternée par le statu quo du gouvernement». L'APQ affirme que les hausses proposées ne sont pas suffisantes et dénoncent le droit des locataires de refuser la hausse s'ils gardent le même logement.
L'APQ propose une hausse de 3% en moyenne pour un logement qui n'a pas subi de hausses de taxes ou d'assurances, sans compter les travaux majeurs.