Le chef d'Option nationale, Sol Zanetti, a présenté ses cinq candidats pour l'Outaouais, lundi.

Pour Zanetti, l'indépendance «c'est à ON»

Le saut en politique du magnat de la presse Pierre Karl Péladeau avec le Parti québécois (PQ) n'y change rien. Pas plus que la profession de foi souverainiste de Françoise David en début de campagne, alors qu'elle promettait de tenir un référendum dans un premier mandat majoritaire. Le parti indépendantiste Option nationale demeure le meilleur véhicule pour promouvoir la souveraineté, estime son chef, Sol Zanetti.
De l'avis de M. Zanetti, qui était de passage lundi en Outaouais, le PQ n'est pas à la veille de remettre le cap sur l'indépendance.
« Le PQ suggère de faire l'indépendance au moment approprié par le gouvernement, peut-être pas dans ce mandat-ci, peut-être pas dans l'autre, peut-être dans douze ans, alors que ça fait 19 ans qu'on attend », ironise-t-il.
M. Zanetti n'est guère plus impressionné par démarche de Québec solidaire, qui souhaite organiser une assemblée constituante visant l'organisation d'un référendum sur une constitution du Québec, qui prévoirait l'indépendance.
« Les changements à l'heure actuelle sont cosmétiques, c'est du marketing », plaide-t-il.
M. Zanetti, qui a succédé à Jean-Martin Aussant, était de passage en Outaouais pour lancer la campagne de son équipe, formée de Marcel Vaive (Gatineau), Philippe Boily (Chapleau), David Damphousse (Pontiac), Jonathan Beauchamp (Papineau) et Heid Harb (Hull). Le parti présentera des candidats dans les 125 circonscriptions du Québec.
Option nationale compterait « quelques centaines de membres » dans la région, selon le directeur général du parti, Louis-Philippe Dubois.
Jeunesse indépendantiste
Le chef d'Option nationale rappelle que les moins de 36 ans ne se sont jamais prononcés au sujet de l'indépendance, dont on a arrêté de faire la pédagogie depuis le dernier référendum, en 1995. Il affirme obtenir une écoute « extrêmement positive » des citoyens, principalement des jeunes, lorsque les membres du parti font la promotion de l'indépendance dans la province, ce qui leur donne une grande confiance de pouvoir faire redémarrer le mouvement.
Sol Zanetti a d'ailleurs passé une partie de la journée à rencontrer des étudiants du Cégep de l'Outaouais et de l'Université du Québec en Outaouais, lundi.