Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes soutient que Postes Canada a décidé d'adopter «la ligne dure» dans le cadre des négociations, malgré le fait qu'elle ait pu réaliser des profits au cours de 20 des 22 dernières années.

Postes Canada rejette la demande du STTP

Postes Canada a officiellement rejeté la demande du syndicat des postiers de prolonger de deux semaines la période de réflexion en cours dans l'espoir d'éviter un lock-out possible à compter du samedi 2 juillet.
Pour le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), le rejet de sa demande par le président-directeur général de Postes Canada, Deepak Chopra, laisse croire que la société d'État se prépare à un lock-out.
«Ce n'est que samedi dernier que nous avons reçu la première offre globale de Postes Canada. Elle contenait toujours une foule de compressions que nous n'accepterons jamais, et ça, Postes Canada le sait très bien», a indiqué le président du STTP, Mike Palecek.
En début de semaine, les membres du STTP de la zone urbaine avaient voté à plus de 94 % et ceux de la zone suburbaine et banlieue à 91 % en faveur d'un mandat de grève.
Le STTP soutient que Postes Canada a décidé d'adopter «la ligne dure» dans le cadre des négociations, malgré le fait qu'elle ait pu réaliser des profits au cours de 20 des 22 dernières années.