Postes Canada: les opposants se préparent pour la rentrée parlementaire

À la veille de la reprise des travaux parlementaires à Ottawa, plus de 131 500 personnes ont signé la pétition mise en ligne par une citoyenne déterminée à convaincre Postes Canada et le gouvernement Harper de ne pas mettre fin à la livraison du courrier à domicile.
Plusieurs syndicats et politiciens ont aussi mis en ligne des pétitions en appui aux membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes (STTP) opposés au plan stratégique de la société des postes annoncé en décembre.
La pétition de Susan Dixon, de Cambridge en Ontario, a fait boule de neige depuis sa mise en ligne et s'approche de son objectif de 150 000 signataires.
«Je me demande (si) quelqu'un à Postes Canada (a) déjà essayé de pousser une poussette ou un fauteuil roulant ou une marchette dans la neige? Je ne pense pas qu'ils se rendent compte de l'impact de la fin de livraison de courrier porte-à-porte quand il s'agit de parents de jeunes enfants, de personnes handicapées et de personnes âgées, surtout en hiver», écrit Mme Dixon, une mère de deux jeunes garçons dont le plus jeune est atteint de paralysie cérébrale et utilise une marchette ou un fauteuil roulant pour se déplacer.
Le plan stratégique de Postes Canada annoncé le lendemain de la dernière journée de la session parlementaire en décembre sera au premier plan de la reprise des travaux parlementaires la semaine prochaine à Ottawa où l'opposition a bien l'intention de marquer des points sur cette question aux dépens des conservateurs qui ont déjà appuyé le projet.
À l'échelle du pays, les syndicats ont multiplié les interventions pour dénoncer le plan de Postes Canada en guise d'appui aux 8000 employés dont les emplois sont menacés par la décision de la société.
Dimanche, des milliers de personnes sont attendus devant le bureau du premier ministre Harper où un ralliement est prévu pour dénoncer Postes Canada et son plan stratégique qui prévoit également une hausse substantielle du prix du timbre.
Le lendemain, les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) ont l'intention de démontrer leur opposition au plan en organisant diverses activités à travers le pays.
En juillet 2013, une étude du STTP estimait que la mise sur pied d'une banque postale publique permettrait à Postes Canada d'accroître ses revenus et ses profits pour éviter les compressions liées à la baisse du volume du courrier.
Avec la fermeture de près de 3000 succursales bancaires à travers le pays depuis les années 1990, en particulier en milieu rural et dans les secteurs à faible revenu, bien des gens bénéficieraient de la mise sur pied d'une banque postale publique, indiquaient les auteurs de l'étude du STTP.