Poésies mouvantes

Être de passage. S'inscrire dans le mouvement, qu'il relève du déplacement géographique fondateur ou de cette réalité d'exister entre naissance et mort. Naître au passage, pour donner un sens à toutes ces mouvances du corps et de l'âme. La poésie de Nicolas Lauzon et de José Acquelin entraîne le lecteur dans des périples différents, certes, mais aux confins de leur territoire intime respectif.
L'Héritage du mouvement de Nicolas Lauzon possède des accents de road movie. Il plante concrètement le décor comme il cueille les chanterelles à l'Opinel. Il roule sur la 117 Nord, «direction loin/pour seule parole». Il pagaie le long de l'Île-aux-Allumettes, histoire de «rêver du large sous le poids du sable». Il (se) cherche, de Sudbury à Londres, en passant par le marché By. Pour mieux offrir en héritage à son fils l'ivresse du mouvement.
«La grande comédie humaine/se joue sans entracte/Trop de temps perdu/à être ce qu'on n'est pas/Être ou ne pas être/là est la dérision/Si tu pouvais ne retenir/que ça.»
Poète philosophe
Les tribulations de Nicolas Lauzon font ainsi curieusement écho aux réflexions de José Acquelin pour qui «nous sommes des courants d'être». «Se définir, c'est sortir de la finitude, c'est donc pouvoir faire un pas dans le mouvement de s'infinir», écrit ce dernier.
Ses pensées se mâtinent d'un lyrisme parfois fulgurant. L'inverse est aussi vrai: la prose poétique de son Anarchie de la lumière relève d'une quête de sens intellectuelle. À l'âme humaine, la vie, la mort, l'ordre établi, la lumière, le silence, la liberté. Au temps, aussi, «le plus grand illusionniste qui soit», selon lui.
José Acquelin est un poète philosophe, un penseur poète. Un écrivain qui percute, interpelle, saisit et invite à être, les yeux grand ouverts, étant donné que «les yeux sont toujours la façon la plus rapide d'aller au ciel».
Chacun à sa manière, Nicolas Lauzon et José Acquelin nous font voyager dans ces vastes paysages qui nous renvoient à nous-mêmes et nous habitent.
L'Héritage du mouvement, Nicolas Lauzon, Les éditions du passage, 68 pages
* * *
Anarchie de la lumière, José Acquelin, Les éditions du passage, 80 pages
* * * *