Si l'équipe de Parcs Canada n'a pu «entrer» dans le HMS Investigator, plusieurs objets ont été retrouvés autour de l'épave, dont ce fusil.

Plongée papier dans l'Histoire du Nord

Perdu sous la banquise retrace ni plus ni moins que trois expéditions marquantes de l'histoire canadienne.
Celle du capitaine John Franklin et de ses équipages des voiliers à moteur HMS Terror et Erebus, dont on perdit la trace en 1845 et qui devaient prouver l'existence du fameux passage du Nord-Ouest, reliant l'Europe et l'Asie par le nord de l'Amérique.
Ensuite, celle du capitaine McClure et de ses hommes qui, de sauveteurs de Franklin et des siens, devront eux-mêmes être sauvés après être devenus prisonniers des glaces de la baie Mercy à 850 kilomètres au nord du cercle arctique. Les survivants rentreront en Angleterre en 1854, quelque quatre ans après leur départ de Plymouth.
Puis, celle des scientifiques de Parcs Canada lancés pour leur part, quelque 150 ans plus tard, sur la piste du HMS Investigator de McClure.
Cette dernière expédition a eu lieu en deux temps : en 2010, pour localiser l'épave ; et l'année suivante, afin de documenter ce qui restait du navire et de ce qui avait été laissé à bord quand McClure et ses hommes l'ont abandonné sur les lieux.
«On rêve tous de vivre une telle expérience! Entrer en contact direct avec l'histoire de cette manière, ça relève de quelque chose de magique et de spirituel à la fois», soutient Marc-André Bernier, membre de l'équipe de six archéologues plongeurs qui ont pu examiner de près l'épave du HMS Investigator, lors de l'expédition de 2011.
Pendant une semaine, la météo et les glaces ont permis les plongées dans le temps, à raison d'une heure par nageur.
«Il s'agit d'un site exceptionnel sur le plan scientifique puisque tout - ou presque - a été laissé à l'intérieur au moment où les hommes ont dû abandonner le navire, y compris les spécimens de faune et de flore qu'ils avaient recueillis ! Ils n'ont pu quitter qu'avec l'équivalent de deux kilos d'effets personnels, le reste a été scellé.»
Si l'équipe n'a pu «entrer» dans le HMS Investigator, plusieurs objets ont été retrouvés autour de l'épave, dont le pont supérieur a été endommagé par les glaces au fil des ans. Le chef du Service d'archéologie subaquatique a ainsi participé à la récupération d'une quinzaine d'artefacts gisant jusque-là au large de l'île Banks, dans les Territoires du Nord-Ouest, près du parc national Aulavik.
«Ces artefacts sont autant de capsules temporelles, de liens avec les hommes qui ont travaillé à bord de l'Investigator. De les ramener à la surface, en ayant la possibilité de les relier aux documents de voyage de l'époque que nous avions avec nous, ça donne une autre dimension à l'histoire et la finalité des choses et des gens», raconte M. Bernier, dont les efforts sont maintenant tournés vers les voiliers de Franklin, toujours portés disparus.
L'auteure Dominique Fortier - à qui l'on doit le roman Du bon usage des étoiles traitant justement de l'expédition de Franklin - signe la traduction française particulièrement sentie de Lost Beneath The Ice, disponible depuis jeudi sous le titre de Perdu sous la banquise.
L'ouvrage est abondamment illustré, non seulement des photos récentes (et fascinantes), mais aussi de magnifiques tableaux peints ai XIXe siècle par les artistes à bord des navires de McClure.