Plates excuses...

Si le bilinguisme officiel n'a jamais garanti le respect de la langue française dans ce pays, que faut-il espérer du « bilinguisme pratique » de la Ville d'Ottawa ?
Quelques mots en latin, comme mea culpa, offerts de temps en temps quand les francophones de la capitale voient leur langue écorchée par la municipalité ? Cela vaut-il toujours la peine de protester, tant les injures ont été fréquentes et tant les plates excuses ont eu peu de suite ?
Loin de nous de reprocher aux autres des erreurs occasionnelles. Nous en faisons tous. Mais les fautes à répétition, ou des atrocités comme le Bernard Grandmaître Arena, le François Dupuis Recreation Centre, sans oublier les courses de danse et de yoga, c'est insultant !