Peoplewatching, de Socalled

L'inventeur du klezmer-hip hop, Socalled, continue de métisser ses nombreuses influences musicales.
Sur le plutôt funky Peoplewatching, le rappeur (et auteur-compositeur-interprète-réalisateur-DJ-marionnettiste) s'amuse à réunir tout et son contraire dans une joyeuse fiesta déconstructiviste.
Sur la pièce titre, des vocalises en penjabi (Kamal Chamkila) épousent les accents disco-funk  de Pierre Perpall. Bootycaller fusionne Yves Lambert à un roi du dancehall, le Jamaïcain Josey Wales. Ailleurs, on entend de jeunes artistes anglos-montréalais (la chanteuse folk Katie Moore; le rappeur d'origine irakienne Narcy) côtoyer le pianiste de jazz Oliver Jones ou le tromboniste de James Brown, Fred Wesley.
Collage postmoderne de jams facétieux, Peoplewatching est un «album» (Socalled préfère le mot «collection») aussi déroutant et savoureux que les trois précédents.