Péladeau donne raison à Parizeau

Pierre Karl Péladeau estime que son discours sur la souveraineté doit «satisfaire» l'ancien premier ministre Jacques Parizeau, qu'il ne juge d'ailleurs pas trop critique envers le Parti québécois (PQ).
En entrevue avec LeDroit dans le cadre d'une visite à la Laiterie de l'Outaouais, mardi, le candidat à la chefferie du PQ a affirmé avoir trouvé «très intéressante» l'entrevue accordée par Jacques Parizeau à Radio-Canada, qui a été diffusée lundi. M. Parizeau y parlait notamment du PQ comme d'un parti à la «dérive», qui a perdu son âme avec les éternels débats sur le moment idéal pour la tenue d'un référendum sur la souveraineté. Interrogé à savoir s'il jugeait l'ancien premier ministre trop critique, Pierre Karl Péladeau a déclaré qu'il avait «raison à plusieurs égards».
«Ce que j'ai rencontré chez les militants, c'est des interrogations sur le fait que nous n'avions pas assez parlé de la souveraineté dans les dernières décennies, a dit M. Péladeau. Il est plus que temps d'en parler, et vous connaissez mon orientation politique et option politique. Sur toutes les tribunes, je parle de l'importance de parler de la souvenraineté et quand j'écoutais M. Parizeau, je me disais que mon discours doit le satisfaire, parce que je n'ai pas de gêne de parler de la souveraineté, comme je n'ai pas de gêne de dire que je me suis engagé en politique pour l'article 1 du Parti québécois, qui est de faire du Québec un pays.»