Patrick Eaves, que l'on voit ici face à Mark Stone des Sénateurs, a renoué avec son ancienne équipe, jeudi soir, au Centre Canadian Tire.

Patrick Eaves, hirsute et productif

La barbe de l'ancien Sénateur Patrick Eaves est impressionnante, dans la même catégorie que les deux hirsutes joueurs des Sharks, Brent Burns et Joe Thornton.
Ce qui l'est tout autant, c'est d'apprendre que l'attaquant des Stars de Dallas avait 19 buts à sa fiche avant d'affronter son ancien club jeudi soir même s'il traîne une blessure à un pied depuis novembre.
« Je pense qu'il n'a pratiqué que trois fois au cours des deux derniers mois, il n'a pas été en santé et il ne va sur la glace que lorsque c'est super-obligatoire. Il trouve quand même le moyen de jouer les matches et de foncer au filet, il est notre meilleur gars pour saisir les deuxièmes chances. Il réussit à se rendre dans l'enclave et de là, il trouve le fond du filet. Chaque soir, il tente de faire une différence. Il va devant le filet même si les défenseurs lancent des bombes en sa direction, il se fait frapper, mais il y va quand même », a raconté son patron, Lindy Ruff, après un entraînement matinal auquel Eaves n'avait pas participé.
Le premier choix des Sénateurs en 2003 (29e au total) ne considère pas qu'il faut faire tout un plat de sa bravoure. « J'ai juste reçu un lancer frappé sur le pied tôt dans la saison. Je n'ai pas pratiqué beaucoup de l'année, mais je suis capable de jouer. C'est comme ça cette année », soulignait-il en rencontrant une poignée de journalistes d'Ottawa à sa sortie du vestiaire.
Eaves, que les Sénateurs ont échangé aux Hurricanes de la Caroline il y a neuf ans demain (le 11 février 2008, avec Joe Corvo, contre Cory Stillman et Mike Commodore) avant qu'il ne passe les saisons suivantes à Detroit, Nashville et Dallas, s'approche du plateau des 20 buts qu'il n'a atteint qu'une fois, à sa saison recrue à Ottawa en 2005-2006 (20 buts, 9 passes).
« J'obtiens de bonnes chances de jouer dans des situations comme l'avantage numérique, par exemple. Ça a été fantastique de jouer avec d'excellents joueurs toute l'année », dit Eaves pour expliquer ses succès, lui qui joue sur un trio avec Cody Eakin et Jamie Benn.
À sa troisième année avec les Stars, il a accepté une diminution de salaire (de 1,15 à 1 million $) cette saison pour demeurer à Dallas. Comme son club est en danger de rater les séries et qu'il sera joueur autonome sans compensation l'été prochain, il se retrouve sur bien des listes de joueurs qui pourraient être convoités d'ici à la limite pour les transactions du 1er mars prochain.
« J'y vais au jour le jour, l'important est d'amasser des victoires à ce stade-ci de la saison. Je n'y pense pas vraiment. Évidemment, j'aimerais rester à Dallas, j'aime beaucoup la ville, mais je n'ai pas de contrôle là-dessus. Je me concentre sur ce que je peux faire sur la glace », a-t-il répondu quand il a été interrogé sur son statut contractuel.
Le choix de madame
Eaves n'était pas beaucoup plus bavard sur les raisons qui l'ont poussé à laisser sa barbe pousser de cette façon. « C'est ma femme qui m'a dit de la laisser aller, donc je ne peux répondre à cette question », a-t-il rétorqué en se faisant demander jusqu'à quelle longueur il pense la laisser aller.
Son coéquipier Jordie Benn, qui a une barbe rousse tout aussi impressionnante, pense qu'Eaves « est certainement troisième à ce chapitre dans la LNH, derrière Burns et Thornton alors que je suis quatrième ».
L'attaquant des Sénateurs Zack Smith, qui a probablement la meilleure de son club devant Fredrik Claesson, était curieux de la voir de près sur la glace. « Je vais devoir comparer la mienne à la sienne. Je ne l'ai jamais vue, mais je devine qu'il est avantagé par rapport à moi... Je ne suis pas dans la catégorie (des Burns et Thornton), je suis encore dans les mineures », a-t-il blagué.
Une annonce imminente
Le nouveau président des Sénateurs, Tom Anselmi
Le nouveau président des Sénateurs Tom Anselmi a accordé une entrevue à la station TSN 1200 jeudi matin où il en a profité pour dire qu'une annonce concernant un match en plein air contre les Canadiens de Montréal en décembre prochain pourrait avoir lieu « dans une semaine ou deux ». Il a ajouté que « le processus a probablement été retardé un peu par mon arrivée, mais ça va se faire, on en est à mettre les barres sur les 't' ». Anselmi, qui a succédé à Cyril Leeder il y a deux semaines, a également mentionné qu'il aimerait offrir « plus de ressources » au DG Pierre Dorion, ce qui pourrait se traduire par un budget accrut pour un département hockey « qui a un personnel limité ».
Ruff sympathise avec Julien
Claude Julien a été congédié par les Bruins cette semaine.
L'entraîneur-chef des Stars Lindy Ruff a côtoyé Claude Julien à plusieurs occasions avec Équipe Canada, ce qui fait qu'il sympathise encore plus que la plupart des entraîneurs avec ce qu'il vit présentement, ayant été congédié par les Bruins de Boston après 10 ans à leur barre. « Je suis très déçu pour lui. Je lui ai parlé, j'ai beaucoup de respect pour lui, sa façon d'opérer et de coacher. Il est un excellent entraîneur et il est une personne encore meilleure. S'il le veut, il va pouvoir revenir dans la game dès qu'il va le vouloir », a noté le pilote de longue date à Buffalo. Comme par hasard, les preneurs au livre du site Bovada ont établi Ruff comme favori à 7 contre 4 pour être le prochain entraîneur à être congédié dans la LNH.
Claesson dans l'alignement
Fredrik Claesson
Pour la première fois depuis qu'il avait utilisé Thomas Chabot pour son seul match dans la LNH, Guy Boucher a décidé d'utiliser un alignement avec sept défenseurs et 11 attaquants jeudi contre Dallas. Fredrik Claesson a donc été en uniforme comme septième arrière, lui qui avait obtenu quatre passes à ses trois derniers matches avant d'être relégué aux gradins par le retour au jeu de Mark Borowiecki. Curtis Lazar et Chris Neil ont donc été laissés de côté. « Je veux réintégrer Claesson, il a bien fait pour nous », a indiqué Boucher, qui avait l'intention de donner plus de glace aux Kyle Turris, Derick Brassrd et Mark Stone sur le quatrième trio en plus de leurs lignes habituelles.