Les promoteurs du projet de vélodrome à Gatineau ne lâchent pas prise même si aucun terrain n'a encore été trouvé pour ériger le bâtiment ovale dont le coût de construction est estimé entre 8 et 10 millions $.

Pas de vélodrome à l'horizon

Le projet visant à doter Gatineau d'un vélodrome avance... lentement.
Une réunion des promoteurs s'est déroulée mercredi matin. «Nous n'avons pas effectué des progrès incroyables. Nous regardons toujours divers sites, mais il n'y a rien de concret pour l'instant», a indiqué un des porte-parole, Doug Corner.
Trois endroits ont été ciblés en Outaouais dans la dernière année et demie, dont deux à Gatineau. L'autre se trouve à Chelsea.
«Nous cherchons un terrain de quatre à cinq hectares... Nous avons encore des lignes à l'eau», a souligné Corner.
Un des lots à Gatineau s'avère la propriété de la municipalité. Des discussions ont eu lieu avec les fonctionnaires.
Initialement, ces mordus de vélo voulaient aménager une piste intérieure de bois franc à Ottawa. Mais la ville ontarienne a refusé en 2014 d'appuyer ce projet d'un ovale long de 150 à 166 mètres.
Ce qui a poussé les promoteurs à se tourner vers l'autre côté de la rivière des Outaouais, où ils sont bien connus.
Ce groupe comprend des dirigeants du Ottawa Bicycle Club (OBC), de Bike Race Ottawa et des organisateurs de courses de cyclisme. Un d'eux a déjà tenté d'implanter un vélodrome à Aylmer à la fin des années 1990.
Ces gens s'avèrent aussi impliqués dans la venue des championnats canadiens de cyclisme en juin dans la région. 
La course sur route aura lieu à Ottawa tandis que le Vieux-Aylmer accueillera le critérium. Le contre-la-montre se déroulera dans le parc de la Gatineau.
Un nouveau vélodrome a été construit l'an dernier à Milton, non loin de Toronto, afin d'accueillir les Jeux panaméricains. La facture a atteint plus de 50 millions $.
«Nous ne visons pas une construction similaire. Nous voulons un vélodrome de taille moyenne», a précisé Corner.
Le coût estimé serait entre huit et 10 millions $.
solutions temporaires
Les promoteurs ont commencé à explorer des solutions temporaires. Ils pourraient aménager un ovale extérieur plus long, moins incliné et composé en asphalte, à l'image des huit en service en Australie.
«Nous pourrions nous installer sur un terrain privé détenu par un promoteur immobilier qui n'a pas l'intention de construire des maisons pendant cinq à dix ans.»
Une autre option? Construire une piste en bois franc mais la couvrir d'une bulle ou une structure dite «élastique».
«Mais notre but à long terme demeure une structure permanente... un vélodrome intérieur qui pourra être utilisé beau temps mauvais temps. Ce genre de projet nécessite par contre du temps avant de voir le jour.»
Ce qui encourage le groupe? Que Gatineau tient à redevenir la capitale du vélo.
«La Ville est très familière avec notre projet», a rappelé Doug Corner.