Ottawa se recueille en soutien à la France

À l'image de tout le pays, la capitale fédérale a exprimé sa tristesse ce week-end face aux événements tragiques survenus vendredi soir, à Paris.
L'émotion était palpable, samedi soir, au parc des Chutes-Rideau, à l'occasion d'une veillée en soutien à la France, particulièrement lorsqu'un moment de silence était observé. La lourdeur du silence était difficile à supporter et plusieurs n'ont pu retenir leurs larmes, 24 heures après les événements.
Ces sanglots n'étaient pas un signe de faiblesse, bien au contraire, a souligné l'ambassadeur de France à Ottawa, Nicolas Chapuis. Il croit plutôt au contraire que le rassemblement était un témoignage de force.
«C'est ce qui fait de nous des humains, c'est notre capacité de nous rassembler, de s'unir et à démontrer notre détermination à combattre pour ce que nous sommes et contre ce que nous ne sommes pas: des égorgeurs, des barbares, des voyous qui massacrent la jeunesse.»
L'organisateur de la veillée, le conseiller consulaire français élu pour l'Ontario et le Manitoba, Philippe Armengau, s'est grandement réjoui de l'importance de la foule présente, samedi soir. Environ 500 personnes se sont déplacées pour offrir leur soutien moral à la France qui traverse des moments difficiles.
«C'est un formidable encouragement, c'est l'amour des Canadiens. C'est un amour indéfectible. Tous ces gens sont venus ici ce soir pour marquer leur amour de la France, de la démocratie et de la culture française. C'est indéniable, c'est un succès.»
L'imam du Centre islamique de l'Outaouais, Ahmed Limame, était également présent au parc des Chutes-Rideau. Devant certains commentaires qui dressent un lien direct entre les attentats de vendredi et la religion musulmane, M. Limame insiste: le terrorisme n'a rien à voir avec l'islam.
«L'islam, c'est la religion que je pratique, que des millions de personnes pratiquent à travers le monde. C'est une religion pacifique qui met l'accent sur la sainteté de la vie. [...] Nous sommes tous des enfants d'Adam. Dans des moments pareils, nous devons tous être solidaires et on vit ensemble en tant qu'une famille humaine.»
Foule à la pointe Nepean
Dimanche, la foule était tout aussi nombreuse à la pointe Nepean, derrière le Musée des beaux-arts du Canada. Victime de la popularité de l'événement, l'Association France-Canada (AFC) a demandé aux participants de descendre en bas de la butte, l'espace devenant trop restreint autour de la statue de Samuel de Champlain.
Le président de l'AFC, Charles Romero, a livré un discours inspiré dans lequel il a mis en garde ceux qui répondent à la haine par des propos guerriers. M. Chapuis assistait à l'événement, tout comme la ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, et la ministre de l'Environnement et des Changements climatiques, Catherine McKenna.
«Je suis optimiste quand je vois tous ces gens réunis, a lancé M. Romero. Ensemble, nous sommes plus forts. Nous ne nous laisserons pas effrayer.»