Ottawa jusqu'au bout de la nuit

L'idée est ambitieuse, poétique et généreuse : célébrer les artistes et la création, le temps d'une nuit, aux quatre coins de la ville. Pour la première fois à Ottawa, oeuvres et performances se succéderont jusqu'au bout de la Nuit Blanche, ce soir, de 18 h à 4 h du matin. L'occasion inusitée de jeter un autre regard sur la ville. Et de se mettre au diapason du thème célébré cette année : « La vie est belle », tout simplement.
« Pour la première année, nous avons soumis aux artistes une thématique assez large pour savoir dans quelle direction ils voulaient aller », explique l'une des deux commissaires de l'événement, Megan Smith, avouant que cette première année aura lieu d'expérimentation tant pour les organisateurs que pour les exposants.
« La vie est parfois difficile et compliquée, mais la culture peut être là pour nous redonner de la joie de vivre et nous faire réaliser qu'on est humain avant tout, et qu'il ne faut pas se prendre trop au sérieux, tout le temps. Les projets que nous avons reçus de la part des artistes abondent en ce sens, en défendant, par exemple la liberté de jouer dans la rue ». Fondée sur un principe de gratuité, de sécurité, et d'accessibilité à tous, la manifestation prend le pari de réconcilier une pratique, considérée par beaucoup comme élitiste, une ville en mal d'amour et une population curieuse de découvrir au détour d'un centre culturel mais surtout d'une rue, d'un pont, l'art d'aujourd'hui.
Si d'autres organisateurs de la Nuit Blanche avaient pour objectif de « transformer [les résidents] en touristes dans leur propre ville », Megan Smith préfère évoquer de nouvelles portes poussées, des possibilités réinventées de voir et d'imaginer sa propre ville.
Les quelque 120 sites investis ont été pensés par secteurs - le marché By et le quartier d'Hintonburg principalement - pour faciliter la déambulation des badauds d'une activité à l'autre. « 5 minutes de marche entre les lieux d'exposition, pas plus », assure la commissaire qui a organisé le déroulement de la nuit en collaboration avec Lainie Towell, la seconde commissaire.
Culture alternative, expositions, projections, installations, performances... De nombreux événements ont été conçus « sur mesure » pour ces festivités exceptionnelles, comme une rencontre entre un créateur et un lieu insolite que les habitants seront invités à découvrir avec un regard neuf ce soir. Dans l'esprit de ses initiateurs, l'opération doit permettre aux noctambules de s'emparer des animations pour se rendre compte, peut-être, que « la ville est belle ». Surtout la nuit.
Finie la grasse matinée. La Nuit Blanche s'éveille enfin à Ottawa !
« Le phénomène s'est répandu dans le monde entier, il était temps qu'il soit célébré dans la capitale nationale ! D'autant que la communauté artistique avait très hâte d'y participer. Je crois que la ville était fin prête à le recevoir », se réjouit la commissaire qui s'est inspirée de son expérience à Leeds, en Grande-Bretagne, en voyant évoluer la manifestation du stade expérimental au franc succès qu'elle connaît actuellement.
C'est sous l'égide du Bureau des regroupements des artistes visuels de l'Ontario (BRAVO) que la Nuit Blanche a vu le jour à Ottawa. « Le projet a été déterminé lors de l'assemblée annuelle en juin 2010. Nous attendions des réponses à nos demandes de subventions ; la mise sur pied de l'événement a ensuite pris 11 mois », précise Yves M. Larocque, professeur en peinture et histoire de l'art à l'École d'art d'Ottawa mais également directeur général de BRAVO, le seul organisme de services aux arts (OSA) en arts visuels et médiatiques en Ontario français.
Quant à la date du 22 septembre, elle aurait été déterminée en honneur au 25 septembre, fête des Franco-Ontariens, l'idée étant d'essaimer la Nuit Blanche aux quatre coins de l'Ontario, tous représentés par un bureau régional de BRAVO (Sud, Est, Nord, Centre).
Pour chaque ville, l'ambition reste de taille : intéresser les participants à cette vaste fête culturelle tout à la fois « pointue », éclectique et populaire, mais surtout espérer que l'esthète noctambule saura veiller jusqu'au petit matin. Beau temps, mauvais temps.
POUR Y ALLER
Quand ? Dans la nuit du 22 septembre, de 18 h à 4 h du matin
Où ? Divers sites à Ottawa
Renseignements ? www.nuitblancheottawa.ca