On fait quoi, aujourd'hui ?

Je pourrais vous parler ce matin du maire de Toronto, Rob Ford, qui est en lice pour le prix du meilleur maire du monde. Mais où m'arrêterais-je? Je pourrais déconner sur le sujet jusque dans nos pages des sports. Et à bien y penser, ce gros cave mériterait-il tant d'attention de notre part?
Je pourrais vous parler aussi d'un Boeing 777 qui ne répond plus. On l'a perdu.
Il m'est arrivé de perdre mes clés. Mes gants d'hiver aussi. Je les oublie tantôt sur un guichet automatique, tantôt sur le comptoir du dépanneur. J'ai (trop) souvent perdu ma balle au golf. Je perds parfois patience. Il m'est arrivé de perdre mon chemin. Et j'ai même perdu la tête à quelques occasions.
Mais comment peut-on perdre un avion? Et on ne parle pas ici d'un simple Cessna ou d'un hydravion de plaisance. On parle d'un Boeing 777 avec 239 personnes à bord! Un Boeing, simonac!
La NASA pourrait trouver sur le sol lunaire une crotte de nez laissée par Neil Armstrong en 1969. Les Américains ont trouvé Ben Laden caché dans le fond d'une cour arrière d'une maison du Pakistan. Mais on a perdu la trace d'un gigantesque Boeing 777 muni d'équipements à la fine pointe de la technologie.
S'est-il abîmé en mer? Sais pas. A-t-il atterri quelque part sur cette boule? Sais pas. Est-ce un attentat terroriste? Sais pas. Mais peut-être. Et où peut-on poser un Boeing au sol sur cette planète sans se faire remarquer? Sais pas non plus.
Ridicule, cette histoire. Mais à la fois passionnante et intrigante. Hollywood en salive déjà.
En tout cas, je pourrais vous parler de tout ça ce matin.
Mais je passerais à côté du sujet du jour. Du sujet de l'heure. Du sujet qui est sur toutes les lèvres aujourd'hui.
Je vous parle, bien entendu, de la Journée internationale de la francophonie. Mais ça, vous l'aviez deviné... n'est-ce pas?
C'est aujourd'hui en ce 20 mars que les 70 États de l'Organisation internationale la francophonie se donnent la main pour chanter ensemble la langue qui nous unit.
Avez-vous chanté ce matin? Vous êtes vous levé du lit en entonnant La Langue de chez nousd'Yves Duteil ou Le Coeur de ma vie de Michel Rivard?
Non? Moi non plus.
En fait, pour tout vous dire, j'avais oublié cette «journée». Le patron m'en a brièvement parlé lundi matin en me disant quelque chose comme «n'oublie pas que jeudi est la Journée internationale de la francophonie».
Mais je pensais qu'il me le rappelait pour m'inviter à un barbecue chez lui pour célébrer ensemble notre appartenance à cette belle langue. J'ignorais qu'il me commandait un papier sur le sujet.
Mais heureusement, il me l'a rappelé à nouveau hier matin. Et il n'y a pas eu de barbecue chez lui. Voici cependant mon papier sur le sujet.
"*
Heu... Vous ai-je parlé d'un Boeing 777 disparu par magie?
Bon, désolé. La francophonie donc.
Je dirais que c'est une langue belle avec des mots superbes. Qui porte son histoire à travers ses accents. Où l'on sent la musique et le parfum des herbes. Le fromage de chèvre et le pain de froment.
Quoi? Ce sont les paroles de la chanson de Duteil, me dites-vous? S'cusez-moi.
La francophonie donc.
Bon, j'en suis fier. Je parle français et fier de le parler.
Ceci dit, on fait quoi aujourd'hui? Où célèbre-t-on ensemble cette «journée» qui nous est consacrée?
Je sais qu'on la souligne dans les écoles de langue française et dans quelques universités et collèges. Je sais que les Rendez-vous de la francophonie se déroulent jusqu'à dimanche et qu'il y a probablement une activité quelconque de prévue dans la région dans le cadre de ces Rendez-vous.
Et je sais aussi que la chanteuse Catherine Major donne un spectacle ce soir à la salle Jean-Despréz dans le cadre de la Francofête d'Impératif français.
Y a tout ça. Et c'est bien le fun.
Mais il est où l'élément rassembleur? Il est où l'événement qu'on pourrait tous voir, tous vivre ensemble?
À la fête du Canada, le 1erjuillet, les Canadiens d'un océan à l'autre peuvent regarder sur les ondes de Radio-Canada, anglais et français, les cérémonies et les spectacles sur la colline parlementaire.
À la Saint-Jean, le 24 juin, on peut toujours compter le soir venu sur un spectacle télévisé dans lequel les plus grands noms de la musique québécoise se succèdent sur scène.
Mais aujourd'hui, en cette Journée internationale de la francophonie, on fait quoi? On regarde quoi?
Radio-Canada et Télé-Québec présententLe débat des chefs alors que les autres réseaux n'ont rien changé à leur programmation. Même TV5 ne modifie pas son horaire pour l'occasion.
Et vive la Journée internationale de la francophonie!
Mais bon. Je suis tout de même fier d'être francophone et fier de ma langue.
Et je vous souhaite de tout coeur, chers amis lecteurs, la plus merveilleuse Journée internationale de la francophonie. Ne célébrez pas trop fort autour du barbecue, c'est journée de boulot demain.
Mais voulez-vous vraiment savoir quelle est la nouvelle du jour? LA nouvelle qui fera votre semaine, j'en suis sûr et certain?
Voici: le printemps arrive officiellement aujourd'hui à 11h57.
De rien.