C'est la dernière saison du chef de l'OCNA Pinchas Zukerman. Il aura été à la tête de l'orchestre pendant 16 saisons.

Oeuvres-phares pour un départ

La saison 2014-2015 sera donc la dernière de Pinchas Zukerman, star de la scène musicale classique, chef-soliste, altiste de haut vol, violoniste hyper doué. Il aura été à la tête de l'Orchestre du Centre national des arts (OCNA) pendant 16 saisons, instaurant un style personnel, transformant l'orchestre d'un ensemble «classique» en une formation aux aspirations «romantiques».
Pour ce bouquet final il a rassemblé ses compositeurs privilégiés, bon nombre de ses oeuvres-fétiches (des concertos pour violon de Mozart, celui de Beethoven), quelques symphonies-phares du répertoire (Brahms 1 et 4, Mahler 1, Bruckner 9, Beethoven 9). Il y a convié ses solistes favoris, Itzak Perlman, Emanuel Ax, Yefim Bronfman, Jonathan Bis, Gil Shaham...
L'autre moitié des 18 programmes retrouve quelques-uns des chef déjà connus de l'orchestre: John Störgards, Thomas Sondergaard, Christian Zacharias, Michael Francis, et bien sûr, celui qui prendra la relève de Zukerman, le Britannique Alexander Shelley. D'autres feront leurs débuts, Xian Zhang, Joshua Weilerstein, le compositeur Matthias Pintcher.
C'est dans leur programmation que l'on trouvera des oeuvres moins standard.
Ainsi, ce concert inspiré par Shakespeare, dirigé par Shelley; celui basé sur la «variation» dirigé par Michael Francis; celui où Weilerstein allie Haydn à Lutoslawski, Hummell à Bartok. Les chefs nordiques amèneront Nielsen et Sibelius (la 7e symphonie, enfin!) et Christian Zacharias, après Mario Bernardi livrera la seconde symphonie de Schoenberg...
Les trois séries principales proposeront 12 oeuvres de Bach à Mozart, 26 de Beethoven à Mahler, 16 de Korngold à Lutoslawski. Comme d'habitude très peu de contemporain (Jordan Pal grâce au Trio Gryphon). Zukerman dirigera deux oeuvres de Malcolm Forsyth. Où sont passés les trois compositeurs-maison de l'OCNA?
Le festival d'ouverture sera viennois, pas celui de Schoenberg, mais celui de Mozart, Schubert et Beethoven et le «gala», en un retour de situation par rapport à ces dernières années, sera «classique».
Une courte tournée (du 23 au 30 octobre), à l'occasion de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, amènera l'orchestre en Grande-Bretagne. D'Edimbourg à Bristol, en passant par Nottingham, la cathédrale de Salisbury, Londres et Bristol, à côté de Bach, Bruch et Beethoven, le répertoire de tournée comprendra Estacio, Forsyth et Vaughn-Williams.
En concerts spéciaux soulignons le retour de l'Orchestre métropolitain et de Yanick Nézet-Séguin, de l'Orchestre symphonique de Toronto sous Peter Oundjian, d'un concert à oeuvres, chef et soliste venus de Chine; du récital du violoniste Joshua Bell.
Enfin, et on ne le dit pas assez, rappelons que les quatre concerts de Musique pour un dimanche après-midi ont été à nouveau conçus au plus haut niveau, tant par les interprètes choisis que par la qualité d'une programmation inventive.