Notes et anecdotes, de François Dubé

Le pianiste gatinois François Dubé a passé sa vie à accompagner les autres (Céline Dion, Renée Claude) et Notes et anecdotes n'est que le deuxième disque à son nom, en 40 ans de carrière.
N'y cherchez pas les «anecdotes»: elles sont réservées à la scène. Ici, point de voix; rien que des notes. Elles s'envolent, délicates, relaxantes, au fil des rêveries et improvisations de l'artiste. Quinze compositions originales au romantisme dosé, à l'image du premier extrait radiophonique, Si Jamais. Des mélodies idéales pour accompagner un souper aux chandelles.
L'ensemble ne manque pas d'inspiration, mais de «coffre». Dubé est toujours seul ; on aimerait entendre ces instrumentales tonifiées d'une ligne percussive discrète, ou rehaussées d'un bois complice ou d'un violoncelle amoureux.
Ça gagne en expressivité quand Dubé joue avec les tonalités graves, ce qu'il fait peu, à part sur Le Roc et sur Eddy, clin d'oeil à l'ami Marnay, ou en fin de certaines pistes.