Oliver Jones célébrera ses 75 ans de carrière.

Musiques adjointes au Festival Musique et autres mondes

Dans le festival « bis » imaginé par Julian Armour, le classique est nettement rentré dans le rang. Tantôt faire-valoir, tantôt illustration pour les « autres mondes », il perd sa quintessence et devient sonorité d'appoint. C'est, bien sûr, une option pour un festival. Un festival qui se déroulera du 5 au 17 juillet, et s'ouvrira, samedi soir, sur le saxophone d'un excellent musicien de jazz, Branford Marsalis, accompagné par un orchestre qui ressemble à l'Orchestre du Centre national des arts.
Un festival qui, par sept séances, présentera la troupe acrobatique de Beijing ; entourera de musique l'exposition consacrée à Gustave Doré au Musée des beaux-arts ; illustrera d'oeuvres notre conscience du réchauffement climatique au Musée de la nature ; placera des oeuvres liées d'une façon ou de l'autre à la guerre (froide ou non) dans les souterrains antiatomiques du Diefenbunker.
Un festival qui prendra la clé des champs à la ferme Saunders où les familles peuvent parcourir d'autres labyrinthes que ceux, familiaux ; caracolera jusqu'au bâtiment Perez pour les séances de magie, de marionnettes, de tours en poney, etc. ; et s'éclatera sur le canal Rideau pour les sons dans la nature urbaine. En plus de faire rire du « classique » par le couple humoriste Igudesman et Joo ou, en d'autres soirs, vous apprendra le tango...
Musique et autres mondes fêtera aussi les 80 berges de l'architecte Douglas Cardinal par Bach, Villa-Lobos, Mozart, Chopin et Beethoven ; et soulignera le 14 juillet par deux concerts de musique canadienne, un nombre de compositeurs locaux.
Cela dit, ne désespérez pas, cher « classique » : il y a des concerts réglos, sans équivoques, « purs » ! Il y a même quelques nouveaux invités, comme le quatuor Auryn (trois séances), le Triple forte, même si la plupart des autres sont de la « famille », tels le Trio à piano de Vienne (trois séances), le violoniste Alexandre Da Costa, Yehonatan Berick, Les 13 cordes, Matthew Larkin, la harpiste Caroline Leonardelli.
À noter en particulier le concert que donnera l'Orchestre de la Francophonie sous la direction de Jean-Philippe Tremblay (le 11 juillet à 19 h 30, au CNA), celui du Quatuor Despax, de Gatineau, formé de la fratrie Despax (le 16 juillet à midi, First Baptist) et pour les lève-tôt (à 9 h 15, le 12 juillet à Dominion-Chalmers) sous le titre interpellant et poétique La Nuit obscure avant l'aube où le piano de Jean Desmarais s'associe à la flûte de Lindsay Bryden dans Messiaen, Takemitsu, Schulhoff, Jolivet, Widor. Ou encore, ce choix déchirant, le 15 juillet, avec à 19 h ce voyage écossais (dégustation de whisky en paiement supplémentaire) intitulé Robbie Burns (à Tabaret) et à 19 h 30 avec Oliver Jones et son Trio de jazz (à Dominion-Chalmers).
POUR Y ALLER:
OÙ? Ottawa et environs
QUAND? Jusqu'au 17 juillet
RENSEIGNEMENTS? 613-241-0777; musicandbeyond.ca