On dénombre environ 50 constructions en rondins sur le territoire de la municipalité, dont la plus connue demeure le Château Montebello.

Montebello veut devenir la capitale du bois rond

Montebello pourrait bien devenir le centre nerveux mondial du bâtiment en rondins dans les prochaines années.
C'est du moins le souhait de Rémi Tremblay, l'homme d'affaires qui a lancé l'été dernier Camp Explora, une entreprise permettant des tours guidées de la montagne Westcott, à Montebello, à bord de quads électriques. Le résident de Montebello et ancien fonctionnaire fédéral travaille depuis quelques semaines sur un plan d'affaires afin de classer Montebello parmi les figures de proue dans le domaine. En partenariat avec la municipalité et le Fairmont Château Montebello, l'homme d'affaires espère mettre son patelin sur la carte mondiale en ce qui concerne ce type d'architecture. Il vise ni plus ni moins qu'une place au sein du Patrimoine mondial de l'UNESCO d'ici les années à venir.
«Montebello a un patrimoine de bâtiments en rondins assez exceptionnel à travers le monde et on veut mettre ça en valeur. Une façon de le faire, c'est d'assumer le rôle de capitale mondiale», explique M. Tremblay.
On dénombre environ 50 constructions du genre sur le territoire de la municipalité, dont la plus connue demeure le Château Montebello. La plupart des bâtiments sont érigés sur le mont Westcott et leur construction remonte aux années 1930.
Le projet, qui risque de s'étaler sur quelques années, prévoit la transformation du portail du Château Montebello en centre d'interprétation basé sur le patrimoine du bâtiment en rondins de la municipalité. Un site web sous forme de base de données répertoriant toutes les propriétés du genre dans le village sera mis sur pied avant l'été. La création d'un circuit piétonnier et d'un festival international de l'architecture en bois rond fait aussi partie des plans à moyen terme. «On veut aussi mettre en place un musée virtuel dès cette année. On sait qu'il y a à peu près un million de bâtiments en rondins autour du monde. Le but, c'est de mettre en valeur les constructions de Montebello, mais aussi celles d'ailleurs dans le monde», note le promoteur.
Puisque le plan d'affaires est en élaboration, aucun chiffre n'a été avancé pour le moment. M. Tremblay soutient que les différentes étapes pourraient coûter quelques centaines de milliers de dollars. Une demande pour la création d'un organisme sans but lucratif a été effectuée et M. Tremblay compte aller chercher des subventions pour mener sa démarche à terme.
Le maire de Montebello, Luc Ménard, indique que la participation de la municipalité n'a pas encore été définie. Les élus soutiennent l'initiative puisqu'elle s'inscrit dans le projet de pôle touristique. Ils ont d'ailleurs adopté une résolution en ce sens en décembre.
«On pense qu'il y a un certain marché pour ce type de produit. Ça cadre parfaitement avec notre projet de pôle touristique, parce qu'au fond, ce qu'on veut, c'est que les gens viennent chez nous», souligne M. Ménard.