Hospitalisé depuis trois semaines, le député Mauril Bélanger a tenu à rassurer tout le monde par le biais des médias sociaux.

Mauril Bélanger hospitalisé depuis trois semaines

Mauril Bélanger est hospitalisé depuis trois semaines à l'hôpital Montfort d'Ottawa, en raison d'une mauvaise réaction à la médication qui lui est donnée pour traiter la sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie incurable dont il est affligé.
Mauril Bélanger avait réalisé son rêve de présider les débats aux Communes le mois dernier.
Le député fédéral d'Ottawa-Vanier a confirmé lui-même l'information sur son compte Facebook, dans un message où il a tenu à rassurer tout le monde. 
«Je vous écris afin de vous informer de la raison pour laquelle je suis moins présent ces derniers temps, écrit-il. J'ai fait une mauvaise réaction à un nouveau médicament et à l'interaction entre plusieurs d'entre eux, ce qui a fait en sorte que j'ai dû être hospitalisé. Cependant, je suis confiant de pouvoir obtenir mon congé de l'hôpital plus tôt que tard.»
Son chef de cabinet, Alexandre Mattard-Michaud, a indiqué que le député Bélanger avait été hospitalisé avant le congé pascal. Il a dû faire un sevrage complet de la médication et recommencer une nouvelle phase. Son état de santé fragile fait en sorte que la période d'hospitalisation est plus longue. Il n'était donc pas de retour à la Chambre des communes lundi après le congé de deux semaines des travaux parlementaires. 
Son hospitalisation ne l'empêche cependant pas de poursuivre son travail de député, même s'il est absent depuis lundi de la période des questions à la Chambre des communes et du comité des langues officielles, où son collègue de Hull-Aylmer Greg Fergus le remplace.
«Vous connaissez Mauril. Il ne lâche pas. Il continue à faire son travail de député. Nous lui parlons tous les jours et il continue à nous donner ses directives de son lit à l'hôpital Montfort. Il voulait informer tout le monde de sa situation pour que tout le monde sache pourquoi il était absent. Il souhaite revenir bientôt, mais on ne connaît pas encore la date», a expliqué M. Mattard-Michaud.