Marthe Boileau, qui fête ses 95 ans aujourd'hui, montre fièrement le Prix d'excellence de l'Ontario pour les personnes âgées qu'elle a reçu la semaine dernière.

Marthe Boileau n'a pas le temps d'arrêter

Aujourd'hui, Marthe Boileau fête ses 95 ans. C'est sa journée, elle sera célébrée. Pourtant, juste avant, comme elle le fait plusieurs fois par semaine, elle passera au foyer « prendre la main aux personnes âgées, seules et malades », comme elle le décrit. Gageons qu'au retour, elle ne pourra s'empêcher de s'arrêter à la paroisse ou à la salle communautaire pour y régler quelques trucs ici et là.
La Franco-Ontarienne native du village de Bourget, dans l'Est ontarien, a reçu la semaine dernière, le Prix d'excellence de l'Ontario pour les personnes âgées, une haute distinction qui souligne les réalisations exceptionnelles d'une personne aînée dans sa communauté.
« Le bénévolat, une fois qu'on y entre, on en sort pas vous savez. Comment on peut dire non à l'entraide lorsqu'on a le temps et qu'on en est encore capable ? Moi en tout cas, je ne sais pas. Je ne sais pas non plus comment je pourrais arrêter maintenant », dit Mme Boileau.
Après une carrière de 42 années d'enseignement en français en Ontario, à une époque où le combat pour l'éducation des francophones était de toutes les heures, Mme Boileau s'est mise au Bénévolat. Le programme est chargé. Calme, l'air pensif, la dame revoit son agenda de la semaine en comptant sur ses doigts.
« Attendez. Mardi, je vais au foyer, mercredi je vais à la paroisse et c'est la journée des repas communautaires, jeudi je vais au Partage de Bourget - la friperie - et je repasse ensuite au foyer. Ah ! oui ! j'oubliais, je viens de m'embarquer dans une autre affaire aussi. Laissez-moi vérifier », lance-t-elle en riant.
Plus de détails dans l'édition du 23 décembre ou sur ledroitsurmonordi.ca