La soirée électorale dans le camp péquiste.

Marois défaite, le PQ dans l'opposition

Le Parti québécois était en voie de retourner dans l'opposition officielle, lundi, après une tentative ratée pour obtenir un mandat majoritaire.
Alors que le dépouillement des boîtes de scrutin se poursuivait, les péquistes étaient en position d'obtenir 30 sièges, avec 27 élus et 3 candidats en avance.
La chef du Parti québécois et première ministre sortante, Pauline Marois, est défaite dans la circonscription de Charlevoix-Côte-de-Beaupré. La circonscription a été remportée par la libérale Caroline Simard, entrepreneure spécialisée dans la recherche et le marketing.
L'élection de l'homme d'affaires Pierre Karl Péladeau, un gain dans Saint-Jérôme, a mis un baume sur les plaies des militants qui suivent la soirée électorale dans un hôtel montréalais.
La salle a applaudi et des cris de joie ont été lancés lorsque l'image de M. Péladeau est apparue sur les écrans de télévision.
Une autre vedette du PQ, Diane Lamarre, présidente de l'Ordre des pharmaciens du Québec, a été élue dans Taillon, mais d'autres candidats d'envergure ont mordu la poussière.
C'est le cas de la metteure en scène Lorraine Pintal dans Verdun, battue par le libéral Jacques Daoust, et de la journaliste Dominique Payette, qui a connu le même sort dans Charlesbourg.
L'auteure Djemila Benhabib, connue pour ses positions en faveur de la laïcité, a été incapable de se faire élire dans Mille-Îles, après une autre tentative ratée en 2012 dans Trois-Rivières.
Dans Trois-Rivières, un autre candidat vedette, l'ex-journaliste Alexis-Deschênes, était en deuxième position derrière son adversaire libéral.
Dans Montarville, le péquiste Simon Prévost, un des candidats-vedettes de l'équipe économique du PQ, était en difficulté face à la caquiste Nathalie Roy.
Des huées se sont fait entendre, dans la salle où les péquistes observent le dépouillement du vote, lorsque Radio-Canada a annoncé que les libéraux obtenaient un mandat majoritaire, à 20h42.
Des huées se sont fait entendre lorsque l'élection du chef libéral Philippe Couillard a été confirmée dans Roberval, un gain aux dépends du député péquiste sortant Denis Trottier.
La réélection du doyen François Gendron, dans Abitibi-Ouest, a été bien accueillie.
Le péquiste Sylvain Roy a réussi à conserver Bonaventure, mais le PQ a perdu les Îles-de-la-Madeleine, où le libéral Germain Chevarie fait un retour après sa défaite à l'élection de 2012.