Maria a touché terre à Porto Rico.

Maria est arrivé à Porto Rico après avoir dévasté l'île de la Dominique

L'ouragan Maria a touché terre à Porto Rico mercredi matin après avoir dévasté l'île de la Dominique, où il a fait au moins sept morts. Le bilan de la tempête s'élève maintenant à neuf morts.
Les responsables portoricains ont prévenu que l'infrastructure électrique décrépite de l'île ne résistera pas aux vents de 250 kilomètres/heure générés par le monstre de catégorie 4, et que des dizaines de communautés devront être reconstruites. Environ 90 pour cent des clients étaient privés d'électricité mercredi.
Maria est arrivée tôt mercredi dans la ville côtière de Yabucoa, dans le sud-ouest de l'île. Elle devrait fouetter la région pendant 12 ou 24 heures, selon les météorologues.
Le gouverneur Ricardo Rossello a mis en garde contre un «phénomène extrêmement violent». Il a ensuite dit que «nous n'avons pas vécu d'événement d'une telle ampleur pendant notre histoire moderne».
Des témoins qui ont communiqué avec la radio locale ont fait état de portes arrachées et d'un réservoir d'eau emporté par le vent. Les toits avaient commencé à s'envoler et les fenêtres à éclater à l'approche de la tempête, avant l'aube. Des tours cellulaires ont été renversées et des arbres arrachés, dont un qui est tombé sur une ambulance. Porto Rico avait reçu une cinquantaine de centimètres de pluie en milieu de journée mercredi et des inondations importantes étaient rapportées dans la capitale, San Juan.
Le quotidien El Nuevo Dia indique qu'une clinique médicale d'urgence a perdu son toit à Arecibo, une ville côtière du nord du pays. La communication a aussi été perdue avec plusieurs stations d'urgence à travers l'île.
L'oeil de Maria se trouvait mercredi midi à 40 kilomètres à l'ouest de San Juan. Elle s'approchait de la côte nord du pays à environ 20 kilomètres/heure et générait des vents soutenus de 225 kilomètres/heure.
Il s'agit du premier ouragan de catégorie 4 à frapper Porto Rico depuis 1932.
La Dominique dévastée
Un conseiller du premier ministre de la Dominique a fait savoir mercredi qu'au moins sept personnes ont été tuées. Hartley Henry n'a pas fourni plus de détails, mais il a dit que le pays est en «état de choc» - sans électricité et pratiquement sans communications. Il a ensuite témoigné de «dommages énormes aux habitations et aux immeubles publics».
Sur sa page Facebook, le premier ministre Roosevelt Skeritt a écrit que des rapports préliminaires laissent présager une dévastation presque généralisée de l'île de la Dominique.
Lundi soir, M. Skeritt avait écrit sur Facebook que son propre toit s'était envolé, et disait être «à la merci de l'ouragan». Il a été secouru quelques minutes plus tard.
Roosevelt Skeritt a immédiatement réclamé de l'aide, sous toutes les formes possible. Son appel à l'aide rempli d'émotion a été suivi d'un inquiétant silence, alors que l'État a perdu toute communication extérieure.
L'oeil de l'ouragan est passé au-dessus de l'île de la Dominique tard, lundi soir.
Des vents violents accompagnés d'importantes quantités de pluie se sont abattus sur la Dominique pendant des heures.
Sur l'île voisine de la Martinique, les autorités ont rapporté qu'environ 25 000 foyers étaient sans électricité après le passage de Maria.
Dans une vidéo publiée sur Twitter, Éric Maire, le préfet de la Guadeloupe, a mentionné que plusieurs routes et maisons sont inondées et que les pluies intenses devraient se poursuivre encore quelques heures. Il a demandé à la population de demeurer à l'abri.
Environ 40 pour cent de l'île - ce qui représente 80 000 résidences - est sans électricité.
Les autorités en Guadeloupe déplorent un mort: une personne qui a été écrasée par la chute d'un arbre. Deux autres personnes sont portées disparues depuis que leur bateau a coulé au large de l'île La Désirade, à l'est de la Guadeloupe.